La Presse Anarchiste
Slogan du site
Descriptif du site
Témoins n°28 (octobre 1961)
Spectacles
Un film soviétique soi-disant contre la guerre
Article mis en ligne le 18 février 2008
Visites : 519 - Popularité :
13%
logo imprimer

 

Notre
ministre de la « Culture » — autrefois bon écrivain
et mercenaire — vient de juger discourtois que soit présenté
au festival de Venise « Tu ne tueras point », le film
apatride (il fallait bien cela) de Claude Autant-Lara, sur
l’objection de conscience, naturellement interdit en France. [1]

Nous
ne saurions dire, ne l’ayant pas encore vu, quelle est la valeur
cinématographique de ce film, mais nous pensons que c’est là
une œuvre honnête et courageuse qui mérite la plus
grande sympathie, et bien davantage encore. C’est la première
fois, en effet, qu’un film traite, avec ou sans ambages, de ce
sujet, toujours tabou en France…

Nous
aurions voulu que « La Ballade du soldat » de Grigori
Tchoukhrai soit plus qu’un faux film contre la guerre et y trouver
autre chose que d’admirables images [2]. Cependant, dès le
générique nous étions prévenus, le
conseiller « technique » étant un colonel
(soviétique, il est vrai !).

Il
est pourtant de très belles séquences. Nous pensons au
soldat poursuivi par un char, à la rencontre du soldat et de
la jeune fille dans ce train qui traverse des champs de blé,
des forêts de bouleaux, des mares glacées, pour
n’arriver jamais, à la course folle de la mère et son
désespoir lorsqu’elle apprend qu’à peine arrivé,
son fils repart à la guerre.

Oui,
un beau film, quand même. Et humain, malgré les
flonflons héroïques, patriotards et moralisateurs, dont
nos cinéastes « bourgeois » commencent enfin à
se libérer, mais sur lesquels leurs confrères du monde
« socialiste » n’en ont pas encore fini de danser en —
ou plutôt sur mesure.

N’est
pas Eisenstein qui veut.

M.
B.

 

Notes :

[1Cf.
l’article de Michel Duran dans « le Canard enchaîné »
du 20. 9. 61

[2Comment
oublier le court métrage qui l’accompagnait : l’histoire
poignante et belle de l’amitié unique entre un aigle sauvage
et un enfant libre. Une telle réussite mérite d’être
signalée ; mais qui nous donnera le nom de l’auteur ?


Mots-clés associés

Dans la même rubrique

La dernière visite
le 26 février 2008
par Fontane (Theodor)
L’adieu aux armes
le 25 février 2008
par Boujut (Michel)
Suite pour un sacrement
le 19 février 2008
par Boujut (Pierre)
Éphémères
le 19 février 2008
par Samson (Jean-Paul)
Témoins intemporels
le 19 février 2008

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2