Les procès anarchistes Les arrestations

, popularité : 3%

Lyon

À la suite des récentes réunions dans lesquelles les anarchistes logiciens implacables avaient proclamé de tous côtés, que le seul moyen de tirer quelque chose du 1er Mai, était de faire la Révolution sociale violente les mouchards « qui sont au corps social ce que la vermine est au corps humain » ont procédé à onze arrestations. Parmi les personnes arrêtées se trouvent deux de nos frères de Russie.

Paris

Des anarchistes militants, ont été arrêtés dans une imprimerie clandestine, où s’imprimaient des brochures aux soldats disant que les militaires sont nos frères et qu’au jour de la révolte les chefs descendus par les balles Lebel et les casernes en feu, feront une superbe apothéose.

Trois ouvriers de l’imprimerie ont été arrêtés : ce sont nos amis Cabot, Ricard, Grave, âgés de vingt-huit à trente ans.

Tous nos amis arrêtés sont inculpés d’excitation au pillage. C’est l’histoire du volé qui reprend ses biens par la force et que le voleur appelé bandit.

De nouvelles arrestations ont été opérées dans la soirée, elles sont au nombre d’une vingtaine.

L’ingénieur Paul Reclus le neveu du célèbre géographe qui sauve la cause de l’émancipation humaine est arrêté.

Les révolutionnaires Cuisse, Martinet, Prévost et Prodi sont dans les geôles.

La Bourgeoisie affolée sent que l’heure approche. D’un bout à l’autre du globe, un long cri de délivrance est monté vers le ciel bleu. Emprisonnez, fermés vos geôles sur les révoltés, qu’importent les hommes, l’idée est triomphante. La panique géante à la face hagarde « vous a saisi par les cheveux et sont rire effrayant fait tressaillir le Monde ».
C’est l’heure.

Hallali sur les loups.