Préambule

, popularité : 5%
Régulièrement, autour de nous, sont lancées des initiatives. Elles vivent un temps plus ou moins long et disparaissent ; les personnes concernées essayent rarement d’en tirer des conclusions. Ce n’est pas le cas de « Noir et Rouge » qui a annoncé sa disparition et s’efforce de s’expliquer [1]. L’analyse de « NR » nous paraît intéressante à plus d’un titre. À la lecture de ce numéro, nous avons fait un parallèle, quelque peu nuancé, avec notre propre groupe : il faut dire qu’un certain nombre de questions nous sont familières. (Nous n’avons cependant pas tenu à faire d’une manière méthodique le parallèle entre l’évolution de « NR » et la nôtre par manque d’information sur lui d’une part et aussi par ce que nous privilégions la critique de l’entité « Anarchisme et non‑violence ». Ne prétendant donc pas avoir une connaissance complète du problème de « NR » notre essai de compréhension ne pourra être que notre interprétation.)

Ce numéro 46 de « NR » est donc le déclic qui nous amène à une réflexion sur nous‑mêmes, écrite et publiée dans la revue. Nous sommes assez conscients de la vanité d’une apostrophe aux lecteurs qui se contentent de consommer l’objet‑revue. La revue étant avant tout notre moyen d’expression, nous verrons bien si la suite de notre réflexion fera découvrir d’autres raisons à sa publication.

Certains d’entre nous ayant la crainte qu’une certaine image de marque d’« ANV » ne se développe sans correspondre à la réalité, nous aurions été amenés à présenter notre situation exacte aux lecteurs même sans le sabordage de « NR ».

Ayant été impliqués dans Mai 1968 à titre individuel mais non en tant que groupe, la remise en cause ne s’est pas manifestée de la même manière, elle a plus porté sur la valeur de la non‑violence que sur la vie du groupe. Néanmoins, la remise en cause s’est manifestée par la suite sur la revue, le « groupe », la théorie et la pratique, Cette critique est forcément incomplète en elle‑même, nous espérons être le maillon suivant dans la chaîne de remise en cause des groupes, remise en cause qui se devrait permanente. « NR » se saborde au n° 46, nous n’en sommes qu’au n°24…

[1Pour une meilleure compréhension de ce qui suit, nous invitons nos lecteurs à se reporter au n°48. Voir également « Informations, Correspondance Ouvrières », n°95‑96, juillet‑août 1970, P. Blachier, 13, rue Labois‑Rouillon, Paris (19sup>e).