Les dames de France

, par  Perrin (Claude-Henry) , popularité : 5%
Je vais vous entretenir de ça comme je vous aurais entretenu d’autre chose, — sûrement que je vais encore attirer, envers moi, des colères et des haines.

Qu’importe. J’ai le droit de dire ce que je pense et cette tribune m’a été donnée pour cela. — (Un mutilé n’a-t-il pas parlé de me « foutre son pied au cul » ?) le pauvre ! J’ai appris qu’il est condamné à vivre dans une petite voiture. C’est triste infiniment.

Le rôle des femmes de France lors de la sanglante orgie a été formidablement ampoulé. N’a-t-on pas été jusqu’à parler d’humanisme lorsqu’il s’agissait de décrire « l’infini dévouement de ces… hérotes ??? L’action de ces êtres était plus sadique, plus dantesque, ils avaient pour mission de retaper le matériel humain.

Et combien de ces malheureux rétablis sont retournés au charnier et n’en sont pas revenus.

C’est la haine au cœur que je regarde ces petites poupées blanches. marcher en tortillant du cul, ces monstres mignons qui repoussaient vers la mort ceux qui y avaient échappé.

Ces grues du sang !

Jamais un homme n’aura assez de haine au cœur pour maudire ces pourvoyeuses de cimetières.

Claude-Henry Perrin