Il fut grand, il fut beau… il fut mort
Article mis en ligne le 28 juin 2020

par Vincent Dubuc

Nouveau jour, nouveaux textes. N’en prenez pas l’habitude, ça ralentira bientôt.

Aujourd’hui, le troisième des suppléments à l’Unique, consacré à la mémoire de Manuel Devaldès. Pour être franc, je connais assez peu Devaldès. En fait, je n’en connais que ses longues suites d’aphorisme que je trouve d’un pédantisme absolu : tout ce qui me saoule dans l’individualisme donneur de leçon.

Ceci dit, il y a une autre partie de son travail que j’ai entraperçue (sans jamais avoir le courage de m’y plonger) qui semble valoir le détour. Alors, ce petit opuscule vous donnera peut-être à vous aussi l’envie de creuser la question (et si vous êtes comme moi, il vous donnera aussi l’envie de fuir dès que l’on évoquera devant vous les noms de Lacaze-Duthiers et Han Ryner…).

Et enfin, pour finir… je conseille vivement à celles qui fréquentent ce site d’aller lire l’article dudit Devaldès : « L’athée a-t-il le droit d’empêcher sa femme d’aller à l’église ? »… Rien que le titre a de quoi refiler de l’urticaire, mais c’est aussi un signe d’espoir qui permet de se dire que l’avant-garde d’aujourd’hui sera toujours l’arrière-garde de demain.

Sinon ? C’est l’été, il est temps de se mettre au vert.

Bonne lecture

Vincent Dubuc