Décisions prises par le congrès régional belge

, popularité : 3%

Au
moment de mettre sous presse, nous voyons dans l’Internationale
du 21 juillet les décisions prises par le Congrès
régional belge réuni à Bruxelles le 14 juillet,
au sujet du projet de révision des Statuts généraux
élaboré par le Conseil belge.

Un
incident sur la manière dont il devait être procédé
à la votation occupa une grande partie de la séance. Il
s’agissait de savoir, à la demande d’un délégué
envoyé par 22 sections de la vallée de la Vesdre, si
les votes se feraient par sections ou par fédérations
(la fédération belge se subdivise en un certain nombre
de fédérations correspondant à des bassins ou
provinces). Après une longue discussion, il fut décidé
que le vote se ferait par fédérations.

Mais
les délégués de la Section de Bruxelles et des
sociétés y affiliées protestèrent
vivement contre cette décision, et ce résultat n’ayant
été acquis qu’à la majorité d’une voix,
le délégué de la fédération de la
vallée de la Vesdre renonça spontanément à
sa proposition, le vote fut annulé, et le Congrès
décida que, malgré l’injustice de ce mode de votation,
on s’en tiendrait pour le présent à ce qui avait
toujours été fait.

Ensuite,
par 10 oui contre 8 non, le Congrès décida le maintien
du Conseil général, toutefois en en modifiant la
composition et les attributions.

Là-dessus
le Conseil, belge ayant retiré son projet, la discussion
s’engage sur quelques articles proposés par la fédération
liégeoise, et dont les suivants sont successivement adoptés :

Le
Conseil général sera nommé comme avant dans les
Congrès annuels. — Chaque pays nommera lui-même trois
délégués pour siéger dans ce Conseil, et
désignera l’un d’eux en qualité de
secrétaire-correspondant. — Les pays qui ne seraient plus
représentés au Conseil général auraient
le droit de choisir trois délégués pour les
représenter aux Congrès. — Le vote se fera par
fédérations nationales, une voix par pays. — Le
Conseil général peut suspendre provisoirement un
délégué, mais le pays qui l’a nommé peut
seul le révoquer. Le secrétaire-correspondant sera tenu
d’écrire au moins une fois par mois au pays qu’il représente.
— Les membres du Conseil ne peuvent pas voter dans les Congrès
dans les affaires administratives. — Toutes les dispositions qui
précèdent s’appliquent aux autres Conseils, soit
nationaux, soit régionaux, soit locaux. Enfin, le Conseil
général ne peut pas s’immiscer dans les affaires
intérieures des sections. Ce résumé, que nous
empruntons à l’Internationale, nous paraît peu
clair et mal agencé, et nous attendrons d’avoir le texte même
du projet pour nous prononcer.