Navel (Georges)


Articles de cet auteur

mardi 8 juin 2010
par  Navel (Georges)

Nocturne

Ferme ta porte ne trouble pas le murmure de ta chambre le doigt de l’alphabet des morts sur les murs les bruits
Georges Navel

mercredi 5 mars 2008
par  Navel (Georges), Samson (Jean-Paul)

Bernard Groethuisen (1880 - 1946)

Apprenti, je croyais à la force d’éclairement du savoir, au bonheur des grands esprits ensoleillés par la culture. Par le chemin des aventures, si je vivais vigoureusement, les expériences et les voyages activeraient mes facultés ; leur faiblesse deviendrait force ; plus de pouvoir ; plus de (...)

dimanche 17 février 2008
par  Navel (Georges)

La communication

D’une lettre à son ami Paul Géraldy, écrite pendant les années noires et touchant la question de la communication, notre camarade Georges Navel a extrait pour nous les pages suivantes.
Saint-Etienne-les-Orgues, 29. 8. 43
[…] Je ne suis réellement pas un écrivain, un de ces hommes qui peuvent (...)

dimanche 17 février 2008
par  Navel (Georges)

Mes rencontres avec Lucien Jacques

Originaire d’un village de l’Argonne, il avait cueilli les fraises des bois quelques printemps avant de devenir un enfant de Paris où sa famille était venue habiter. Son père était cordonnier, philosophe en échoppe, grand bouquineur à la veillée comme le cordonnier de Manosque, le père de Giono. Sur (...)

lundi 26 novembre 2007
par  Navel (Georges)

poème sans titre

Laisse voguer lentement tes mains, comme le vent souffler tes cheveux vers ton front bleu de rêve ; c’est la même chose : tes mains, le vent, celles de ton amant. Tes mains, les siennes sur ton front Mouillent leurs ongles à la lumière de tes yeux d’eau de mer.
Georges (...)