Anarchisme et non-violence n°11-12 (janvier/fevrier 1968)

Numéro spécial _ Happening

Ce numéro a été composé par Denis Durand, avec des textes de Hem Day et de Marcel Viaud. Les traductions sont de Paul Sempé et de DEnis Durand.

L’originalité dans l’action

  1. Le happening (Marcel Viaud)
  2. Le happening chez les provos (Hem Day)
  3. Parade, spectacle (Michael Kustow)
  4.  (article sans titre)
  5. Flower power ou l’art de protester
  6. Aguigui

L’originalité dans le mouvement

  1. Mouvement anti-atomique anglais
  2. Provos
  3. Les diggers (Alex Forman)
  4. Les hippies
  5. Une nouvelle gauche ?
  6. La récupération
  7. Les marchands

Conclusions provisoires (Denis Durand)


Happening : Manifestation spontanée de créativité collective qui revêt un caractère provocant dans une société hostile à la créativité, et dans laquelle la police participe souvent comme partenaire au jeu. Un happening n’est jamais « planifié » ni organisé, c’est à peine s’il est préparé ; en effet, personne ne peut prévoir comment il se déroulera, ni combien de provos et de policiers y participeront.

Flower power : « Pacifisme, non-violence ; à coup sûr. Ou encore : Résistance plus Flower Power égale Révolution. Le Flower Power est aussi quelque chose de gai. Si nous perdons notre sens de l’humour et notre capacité d’amour, si nous devenons amers, coléreux et durs, nous n’avons rien à offrir à la société, aucune alternative au présent. »


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 30 octobre 2007
par  Durand (Denis)

Conclusions provisoires

Face à tous ces éléments actuels, j’ai essayé de me mettre en position d’observateur – et d’observer ce que cela provoquait en moi. Un peu arbitrairement, j’ai jeté un œil sur des manifestations et l’autre œil sur ceux qui manifestaient.
La première conclusion que tout cela me suggère commente justement (...)

mardi 30 octobre 2007
par  Dreyer (Thorne)

Les marchands

De tous les colporteurs de l’histoire, les plus grands ont été les promoteurs de religions, ceux qui ont vu la lumière et qui ont essayé de la capitaliser.
Les rues de Haight-Ashbury à San Francisco sont bordées de salons où l’on joue avec la drogue. A l’extérieur, des pépées de quatorze ans sont (...)

mardi 30 octobre 2007

La récupération

Pareillement à la décomposition de la révolte passive hippy (au lieu d’une insurrection, un déplacement aisément récupéré par la Religion), y aurait-il décomposition de la révolte étudiante ?
Si l’hostilité des étudiants au système exprime aussi leur désir de « libération », il n’empêche que cette (...)

mardi 30 octobre 2007

Une nouvelle gauche ?

1964 et 1965 furent l’époque dans le milieu universitaire du Free Speech Movement (Mouvement pour la liberté d’expression). Cette révolte contre les études, la condition étudiante et la hiérarchie universitaire s’intégrait au sein d’une révolte contre tout le système social (auquel profitent ces études). (...)

mardi 30 octobre 2007

Les hippies

Si, en France, la protestation est noyée dans ses aspects mensongers, notre attention a pu être retenue par ce qui ressort d’un mouvement de protestation aux États-Unis, mouvement exacerbé par des minorités importantes et par des situations vives (Vietnam…). Le problème social particularisé par la (...)