Témoins n°15/16 (hiver/automne 1957)

Au sommaire

Notes et réflexions (Maxime Girieud)

Les faux-monnayeurs (Antonia Stern)

Paris sans lustre (Claude Le Maguet)

Reflets (Aline Valangin)

Humanisme et péché (Jean-Paul Samson)

 * *

Gloses

 * *

Témoins intemporels

 * *

Carnet


Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 2 novembre 2007
par  Girieud (Maxime)

Notes et réflexions

Problème encore à résoudre
Calvaire, chaque jour renouvelé, du cancéreux, du paralytique, cadavre vivant et qui supplie qu’on le tue. « Ces maux dont le ciel vous comble, dira le théologien, sont le signe qu’il vous aime et fait de vous son vase d’élection. » Ou bien encore : « Vos maladies paient vos (...)

vendredi 2 novembre 2007
par  Stern (Antonia)

Les faux-monnayeurs

Après lecture de notre avant-dernier numéro, « Fidélité à l’Espagne », Antonia Stern, que l’amitié et le souci de la vérité a amenée, depuis de longues années, à chercher à rétablir la lumière sur la fin d’un compagnon calomnié, a écrit pour nous ces pages à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de (...)

vendredi 2 novembre 2007
par  Le Maguet (Claude)

Paris sans lustre

La cure de soleil
J’allais sur mes six ans lorsque notre voisin, le boulanger Autran, tomba malade et dut cesser de travailler. Ses quintes de toux s’entendaient nuit et jour de notre logis et nous faisaient mal. Tout le monde, dans la maison, s’affligeait de voir comme on nous avait détraqué le (...)

vendredi 2 novembre 2007
par  Valangin (Aline)

Reflets

Le double
Quand tu te dresses sous ma porte haut et souriant Je te reçois ami aux gestes adorants ;
A travers ta face lumineuse et sereine J’entrevois le dieu et me sens vaine.
Ta bouche me salue et c’est salut divin Qui arrose cet humble moi de vin ;
Un doigt me touche je tremble et je tombe (...)

vendredi 2 novembre 2007
par  Samson (Jean-Paul)

Humanisme et péché

« Jetés dans l’ignoble Europe où meurt, privée de beauté et d’amitié, la plus orgueilleuse des races, nous autres Méditerranéens vivons toujours de la même lumière. »
Ainsi, dans le chapitre de l’Homme révolté consacré à « La Pensée de Midi », Camus invoquait-il, origine et garante de notre salut, l’Hellade. (...)