Témoins n°17 (été 1957)

Au sommaire

Dialogue impossible (Ignazio Silone)

Barbarie (jean Cuttat)

De Spartacus à la Commune de Munich (Adrien Turel)

Pages à relire (Victor serge)

Témoins intemporels

Carnet


Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 22 novembre 2007
par  Cuttat (Jean)

Barbarie

I
Si tu rencontres dans la rue Un léger vol de communiantes Si touchantes, si palpitantes, Tu sais comment l’ombre est venue.
Si tu rencontres dans la rue Chevaux tirant le corbillard, Mets en règle tes papelards, Souviens-toi du « Je vous salue »
Tu sais comment la vie nous hue Avec des choses (...)

lundi 19 novembre 2007
par  Turel (Adrien)

De Spartacus à la commune de Munich (1)

Au moment de mettre sous presse, nous avons la douleur d’apprendre qu’Adrien Turel, à qui nous devons les pages ci-dessous, et que la maladie avait terrassé tous ces derniers mois, s’est éteint à Zurich le samedi 29 juin. Puisse cette trop fragmentaire traduction porter au moins un premier témoignage (...)

lundi 19 novembre 2007
par  Serge (Victor)

Pages à relire

[(
La récente réédition, au Club des Editeurs, des Mémoires d’un révolutionnaire de Victor Serge accroît encore — si besoin est ! — la permanente actualité de ce livre magistral. En cette heure où tant de lugubres événements — dont la prolongation du crime russe en Hongrie — jettent, comme dit plus haut (...)

samedi 17 novembre 2007
par  Voltaire

Témoins intemporels

On a quelque peine à voir, je l’avoue encore, ceux qui labourent dans la disette, ceux qui ne produisent rien dans le luxe ; de grands propriétaires qui s’approprient jusqu’à l’oiseau qui vole, et au poisson qui nage ; des vassaux tremblants qui n’osent délivrer leurs maisons du sanglier qui les dévore (...)

samedi 17 novembre 2007
par  Camus (Albert)

Actuelles

… Il faut bien le dire nous n’avons pas été gâtés en grands exemples. Je ne parle même pas de l’affaiblissement général du caractère et de l’intelligence parmi ceux dont la fonction était de nous gouverner ou de nous représenter. Mais pour en rester au seul domaine de la pensée, les hommes de ma génération, (...)