Témoins n°18/19 (automne 1957/hiver 1958)

Au sommaire

Djilas deux fois témoin (Jean-Paul Samson)

Pour Dostoïevski (Albert Camus)

Vie du mot Homme, suivi de A l’ombre de la pluie (Jean-Jacques Morvan)

Choses vues en rêve (Jean-Paul Samson)

De Spartacus à la Commune de Munich (Adrien Turel)

Libération conditionnelle

Témoins intemporels

Carnet


Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 22 novembre 2007
par  Turel (Adrien)

De Spartacus à la commune de Munich (2)

III
Quelques jours après ces derniers combats de rue scellés par la défaite des spartakistes…, à la suite d’une discussion fort animée chez des amis, je rentrai chez moi à pied, vers dix heures, dix heures et demie du soir. Dans le bas de la maison, je ne remarquai rien d’anormal, de sorte que je (...)

jeudi 22 novembre 2007
par  Samson (Jean-Paul)

Choses vues en rêve

Ronco-sopra-Ascona, 13 septembre 1946
Je rêve peu en général, et me demande si l’affreuse série ininterrompue de cauchemars auxquels je fus en proie, l’avant-dernière nuit, n’a point eu pour cause l’éclat surnaturel d’un début de pleine lune tel qu’on en peut connaître ici ; une lune magnifique, certes, (...)

jeudi 22 novembre 2007
par  Morvan (Jean-Jacques)

Vie du mot Homme suivi de A l’ombre de la pluie

J’ai vécu haletant Sans sommeil Chaque heure au mirador Je guettais les incendies Chapelet déchaîné Chaque jour quelques cendres Lâchées au vent. Jamais de terre sèche Toujours saignant Je sais comment se vit le mot Homme. Et il y a tant d’embûches Tant de marge Et sur mon corps Tant de trous noirs Rose (...)

jeudi 22 novembre 2007
par  Camus (Albert)

Pour Dostoïevski

Je recevais, il y a quelques mois, un jeune et sympathique soviétique qui m’étonna beaucoup en se plaignant de ce que les grands écrivains russes ne fussent pas suffisamment traduits en français. Je lui appris que la grande littérature russe du 19e siècle était, de toutes les littératures de cette (...)

jeudi 22 novembre 2007
par  Samson (Jean-Paul)

Djilas deux fois témoin

Pas besoin d’un gallup pour savoir que si l’on demandait aux gens, en cet automne 1957 : « Quel est à votre avis le plus grand événement de l’année ? », presque tous répondraient : « Le lancement des satellites artificiels. » Tant cette réalisation d’un rêve millénaire — la conquête de l’espace — est faite (...)