Anarchisme et non-violence n°31 (octobre/décembre 1972)

Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 14 septembre 2008
par  Furth (René)

La question anarchiste

Le « programme » que je viens d’exposer procède d’un bel optimisme. J’invoquerai en faveur de l’optimisme l’extension actuelle d’un mouvement antiautoritaire concernant tous les aspects de la vie et je rappellerai les précédents historiques. Le mouvement anarchiste a connu déjà des périodes (...)

dimanche 14 septembre 2008
par  Furth (René)

La question anarchiste

Les arguments en faveur d’une culture libertaire ont une portée limitée. Leur intérêt consiste surtout à définir un champ d’action possible, à réunir sur des bases mieux explicitées ceux qui ressentent le besoin d’une activité intellectuelle suivie. Seule une vie culturelle remuante et diversifiée pourra (...)

dimanche 14 septembre 2008
par  Furth (René)

La question anarchiste

La contre-culture est une culture en puissance. Elle peut être au moins — si elle n’est pas à brève ou longue échéance récupérée par l’idéologie dominante — le terreau d’une nouvelle culture.
Une des raisons de sa fragilité, c’est l’absence de passé. On peut évidemment considérer cela comme un avantage et (...)

dimanche 14 septembre 2008
par  Furth (René)

La question anarchiste

Ce que beaucoup d’entre nous oublient — ou veulent ignorer — c’est qu’une culture commune est un puissant facteur d’unité. À la rigueur, on reconnaît cette force de cohésion quand il s’agit de dénoncer la culture dominante : n’a-t-elle pas pour fonction de souder dans une même soumission, dans un « idéal » (...)

dimanche 14 septembre 2008
par  Furth (René)

La question anarchiste

L’anarchisme est un obstacle permanent pour l’anarchiste.
Il disperse plus qu’il ne réunit. Il gaspille les énergies au lieu de les concentrer. Il dilapide l’acquis quand il faudrait le mobiliser pour des acquisitions nouvelles. Les jugements sommaires et les vestiges de vieilles vulgarisations (...)