Libération n°3 (décembre 1927)

Au sommaire

Le congrès de l’U.A.C. (Journet)

L’affaire Henriette Alquier (Les Groupes Féministes de l’Enseignement laïque)

Du rôle à jouer matériellement dans la société (Chapoton)

Le caméléon (Robert Peyronnet)

Les vandales (Adèle Bernard-Guillot)

Un déserteur (H.W. Adrian)

Parmi les pensers éclos (Henri Zisly)


Articles publiés dans cette rubrique

lundi 10 novembre 2008
par  Journet (Claude)

Le Congrès de l’U.A.C.

Je ne donnerai pas en détail le sujet de la discussion qui eut lieu. au Congrès de l’U.A.C.
L’atmosphère de ce Congrès, ne fut pas celle des congrès précédents, ce fut d’ailleurs un petit cénacle qui vint apporter des délibérations toutes faites, sous forme de discussion.
On a codifié l’Anarchie, chose (...)

L’affaire Henriette Alquier

Reprendre dans les écoles la place prépondérante qu’ils occupaient il y a quelques décades, est certainement un des vœux les plus ardents des réactionnaires. Ils savent bien qu’en ayant prise sur le cerveau de l’enfant, ils pourront plus facilement se livrer à leur besogne d’asservissement.
Aussi (...)

lundi 10 novembre 2008
par  Chapoton

Du rôle à jouer matériellement dans la Société

Le Progrès matériel, ainsi que cette pauvre matière si dédaignée, qui fait partie cependant de la vie et lui donne même toute sa raison d’être, est appelée malgré nous consciemment ou inconsciemment à jouer un autre rôle que celui que lui fait jouer l’Individu dans tous les domaines, économique, moral et (...)

lundi 10 novembre 2008
par  Peyronnet (Robert)

Le caméléon

Plus jeune, je possédais un caméléon. Le petit animal était ma joie. De sa langue rapide il captait les mouches en roulant des yeux drolatiques. Dans l’herbe du jardin il était vert comme une prairie, sur la margelle du puits il n’était plus qu’un morceau de plâtre sale.
Un jour quelqu’un écrasa mon (...)

lundi 10 novembre 2008
par  Bernard-Guillot (Adèle)

Les Vandales

On appelle vandales tous ceux qui détruisent une chose d’utilité publique ou une œuvre d’art.
Quelle œuvre d’art égale un être humain dans toute sa force et dans sa prime jeunesse ? Que de soins autour de cette plante précieuse ! Inclus l’heure où il fut conçu. La conception ce grand rythme naturel (...)