Le Réfractaire n°2 (mars 1928)

La Ligue Internationale des Réfractaires est au service de ceux, à quelque nation qu’ils appartiennent, qui s’échappent à l’emprise militariste et prennent l’engagement de ne jamais exécuter les ordres de meurtres collectifs donnés par les gouvernements.

Au sommaire

Les objecteurs de conscience et nous (Le Comité d’Action)

Ilotes (Eugène Bizeau)

On assassine dans les bagnes de la République

La répression

Eux et nous (M. Theureau)

Préparatifs de guerre

Les dames de France (Claude-Henry Perrin)

À nos amis (appel à souscription, non transcrit ici)


La souscription pour ce numéro s’élève à 474,50 frs.


Articles publiés dans cette rubrique

lundi 10 novembre 2008

Les objecteurs de conscience et nous

Depuis longtemps déjà nous recevons des lettres de camarades qui, dans un but évidemment louable, nous demande de préciser notre attitude à l’égard de la Ligue pour l’objection de conscience.
D’aucuns semblent croire que la Ligue des Réfractaires est absolument solidaire des objecteurs de conscience (...)

lundi 10 novembre 2008
par  Bizeau (Eugène)

Ilotes

On les a pris aux champs qui réclamaient leur force, À la compagne en pleurs qui leur ouvrait ses bras, On les a rendus sourds à l’appel des écorces Et des chansons d’amour écloses sous leurs pas. Ils ont pleuré d’abord ces pénibles divorce, Maudit la loi brutale et marché le front bas, Puis, (...)

lundi 10 novembre 2008

On assassine dans les bagnes de la République

Les reporters ou écrivains qui, jusqu’ici ont parlé ou écrit sur les bagues militaires ne l’ont fait que d’une façon toute littéraire et artificielle.
Nous nous contenterons simplement de citer des faits.
Nous pensons ainsi œuvrer de la façon la plus simple et la plus rationnelle à la suppression des (...)

lundi 10 novembre 2008

La répression

La police de Chiappe ne chôme pas ; les chats-fourrés qui condamnèrent, au moment de notre campagne contre la guerre du Maroc, nos camarades Fournier, Laporte, Achille Lauzille et Papet, viennent d’obtenir demi satisfaction.
Les policiers n’avaient pu, jusqu’ici, mettre la main que sur notre (...)

lundi 10 novembre 2008
par  Theureau (M.)

Eux et nous

Dans Une conversation avec Monsieur de Mézerville, patriote vaillant qui vient de faire un brillant mariage en Costa-Rica où il s’installa il y a quelques vingt années (ou plus), où il fut même consul de notre très pacifique France, j’appris que si son frère plus terre à terre préféra le sol (...)