L’Autonomie Individuelle n°5 (septembre/octobre 1887)

Au sommaire

Bas les masques ! (La Rédaction)

Une explication nécessaire (Charles Schæffer)

Rétrécisme d’esprit (Georges Deherme)

La Liberté est-elle possible ? (Georges Deherme)

Amour harmonique (Paul Paillette)

Quelques mots sur l’Anarchie (Jean-Baptiste Louiche)

Les Quais de demain (Charles Schæffer)

Chronique mensuelle (Némo)

La décadence bourgeoise


La souscription pour ce numéro s’élève à 12,70 francs.


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 6 mai 2009

Bas les masques !

À la suite de l’acte de notre camarade Duval, alors que dans leur ensemble les anarchistes parisiens applaudirent à cet acte, autant qu’à l’exemple révolutionnaire qu’il donnait, le journal LE Révolté, — que l’âge a rétréci et qui, depuis longtemps, attendait une occasion favorable pour tancer les partisans (...)

mercredi 6 mai 2009
par  Schæffer (Charles)

Une explication nécessaire

Beaucoup de nos camarades paraissent ne plus se souvenir de l’article « À nos amis » paru dans le N1 de l’Autonomie Individuelle, article leur indiquant grosso modo qui nous étions, ce que nous voulions.
Une explication plus ample est devenu nécessaire pour définir autant que possible nos (...)

mercredi 6 mai 2009
par  Deherme (Georges)

Rétrécisme d’esprit

En 1861, Proudhon, alors en Belgique, publia une brochure sur l’Unité italienne. Les belges, éblouis par les hauts faits de Mazzini et Garibaldi, étaient d’enthousiastes unitaires. Le brillant écrivain, avec sa verve ironique, écrivit une spirituelle adresse Napoléon III dans laquelle il l’engageait à (...)

mercredi 6 mai 2009
par  Deherme (Georges)

La Liberté est-elle possible ?

Pour les sophistes et les imbéciles nous tenons, tout d’abord, à déclarer ceci : relevant de la semence expérimentale, nous ne pouvons récuser ses déductions et ses découvertes ; pour nous donc, le libre-arbitre n’existe et n’existera même jamais, quoique l’homme, dans son évolution progressive, s’en (...)

mercredi 6 mai 2009
par  Paillette (Paul)

Amour harmonique

Moi je soutiens que l’homme est bon, j’en ai la preuve. … … … … … … … … Pourquoi vous récrier, l’idée est-elle neuve ? Est-il donc bien prouvé que l’homme soit méchant ? Non, car Amour ! Amour ! voilà l’éternel chant, La grande nourriture et du corps et de l’âme ; Et si tu croules, vieil ordre social infâme, (...)