Le Libertaire n°10 (20 septembre 1945)

Au sommaire

Le sens d’un référendum

L’État et les vieux travailleurs

L’armée française

Renouveau !

Après la capitulation japonaise, et maintenant ?

Aux hasards du chemin

Pierre-Joseph Proudhon

Problèmes essentiels

Henri Cottin

L’anarchisme et l’espéranto

Congrès constitutif du Mouvement Libertaire

Le syndicalisme


Le journal annonce les réunions publiques et contradictoires suivantes :

  • 20 septembre : Les libertaires et la constitution, par le groupe de Nantes
  • 23 septembre, région de Vannes, même thème.
  • 25 septembre : Les jeunes dans la révolution par les jeunesses libertaires
  • 3 octobre : La crise sociale, ses causes, ses remèdes, par le groupe de Colombes
  • 5 octobre, Les libertaires et la constitution, à Paris (grande salle des Sociétés savantes, rue Serpente).

Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 21 juillet 2010

L’État et les vieux travailleurs

Le 11 juillet 1915, un communiqué nous apprenait que la loi des Assurances Sociales subirait quelques modifications, entre autres les femmes malades, journalières, les prestations au risque maternité subissaient différents remaniements sur lesquels on ne nous donnait que très peu de renseignements, (...)

mercredi 21 juillet 2010

Le sens d’un référendum

Enfin ! Nous y sommes, dans cette période électorale, penseront ceux qui l’attendaient avec impatience. Pourtant, bonnes gens, à quoi bon vous impatienter, vous en aurez pour votre argent !
C’est le général de Gaulle en personne qui, au micro, a ouvert le feu. Le chef du gouvernement provisoire, (...)

mercredi 21 juillet 2010

L’armée française

On nous dit que la guerre est terminée. Bien que le canon ne se fasse plus entendre, nous devons faire des efforts pour y croire. Un fait demeure incontestable : les impérialismes ont signé une trêve et il en résulte une paix relative que chacun goûte avec joie.
Mais si vraiment la guerre n’est plus (...)

mercredi 21 juillet 2010

Renouveau !

Qui a dit que l’esprit de résistance était mort, que nul mouvement ne tenait compte des engagements pris en commun au moment du danger ? Des plaisantins sans doute, des agents de la 5e colonne sûrement. Un congrès radical était nécessaire pour nous remettre dans le bain, pour nous replonger dans (...)

mercredi 21 juillet 2010

Après la capitulation japonaise

Le troisième acte du grand drame vient de se terminer et si les acteurs étaient tous d’accord en le but à atteindre devant le gros public, dans les coulisses l’apothéose est plutôt laborieuse.
Lors de la capitulation de l’Allemagne, les grands problèmes européens n’ont pas eu de solution, et si la (...)