La Libre Fédération n°1 (2 octobre 1915)

Au sommaire

Ce qui est à faire (Jean Grave)

Le rêve et la vie (G.D.)

Échos

Désarroi et renaissance socialistes (Jean Wintsch)

Quelques mots (M.P.)

L’isolement (Georges Herzig)

Tartinades

Un réfractaire (H. E. Bornand)

À propos de tout et de rien (G.H.)

Ici et là

Mouvement social international

  • Russie (M.)
  • France (F.L.]

Entre-nous (la libre fédération)


Ce numéro a été tiré à 2500 exemplaires, les comptes du journal accusent un déficit de 199.50 francs (suisse) au 30 septembre 1915.


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 4 février 2012
par  Herzig (Georges)

L’isolement

« L’homme le plus puissant du monde,
c’est celui qui est le plus seul. »
Quoiqu’en dise Ibsen par la bouche du Dr Stockmann, l’homme isolé n’est pas plus puissant que le troupeau. La boutade du penseur s’émousse contre le roc de la réalité. Si haut que domine sa tête altière, il lui faut descendre des (...)

samedi 4 février 2012
par  Wintsch (Jean)

Désarroi et renaissance socialistes

Il est certain que la guerre a flanqué un formidable coup de matraque sur la tête des socialistes de toutes les écoles. Un malaise dévore les groupements, la confiance dans le mouvement est partie ; on est sceptique, pessimiste, désillusionné, désenchanté.
Notons qu’on l’était déjà avant la guerre. On (...)

samedi 4 février 2012
par  Grave (Jean)

Ce qui est à faire

Surpris par les événements, impuissants à empêcher la guerre, ne pouvant, davantage, susciter cette révolution qu’ils savaient être la seule solution logique à lui opposer, les anarchistes, à l’heure actuelle, sont désorganisés et, de plus en plus, désorientés.
Au début, ils étaient divisés en deux (...)

samedi 4 février 2012

Mouvement social international

Russie
Des événements très importants nous sont signalés de Russie, depuis la retraite des armées russes devant les troupes austro-allemandes. Un nombre énorme de soldats reculant devant d’autres légions militaires, mais certainement moins nombreuses, ce spectacle anormal a enfin dessillé les yeux (...)

samedi 4 février 2012
par  Bornand (Henri E.)

Un réfractaire

C’est avec un vif plaisir que nous avons appris l’acte antimilitariste d’un instituteur de Lucens nommé John Baudraz. Voulant se mettre en règle avec sa conscience, il se présenta sur la place de mobilisation, lors de la relève de la première division, au mois de juin écoulé, pour déclarer (...)