Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 24 août 2007
par  Camus (Albert)

Le refus de la haine

J’ai toujours eu du mal à parler de la Résistance, j’ai rarement eu plaisir à lire ou à écouter ce qu’on en disait. Le culte du passé suppose une vocation que je n’ai pas et le temps perdu l’est tout à fait pour moi. À certains égards, je suis un homme sans mémoire. Ajoutez que le genre ancien combattant (...)

vendredi 24 août 2007
par  Monatte (Pierre)

Paris 1902

J’avais dit adieu au pionicat.
Ça c’était brusquement fait. La veille, je n’y pensais pas. D’avoir trouvé la porte du collège fermée après minuit – la grande porte était normalement fermée, mais il en existait une petite qui ne l’était pas d’habitude – et d’être obligé de sauter le mur pour rentrer me (...)

vendredi 24 août 2007
par  Desnoues (Lucienne)

Les poings de ma mère

Bien que le gel tout-feu-tout-flamme Raidisse encor le raidillon Et bien que le septentrion Ouvre son couteau à dix lames, En avant, la petite dame !
Quand elle a bouclé sa maison Et qu’elle empoigne sa brouette – Et fonçons contre la grimpette, Et fonçons contre la saison ! – Ses poings sont deux (...)

vendredi 24 août 2007
par  Prudhommeaux (André)

Socialisme et scientisme

Mon cher Leval,
Je viens de lire la première partie de ton essai pour « Témoins » sur « Bakounine et la Science » . Dans ce dialogue posthume avec Brupbacher (qui fut, en sa qualité de médecin, un homme formé par la discipline mentale des sciences naturelles, comme le fut d’ailleurs notre Malatesta), (...)

jeudi 23 août 2007

Témoins intemporels

Cette lettre de Saint-Simon était restée inédite, et ce sont les « Cahiers de l’artisan », de Lucien Jacques (n° 16, juillet 1954) qui l’ont fait connaître. « On sait, précise le chapeau précédant cette lettre de l’auteur des « Mémoires », que Saint-Simon s’était retiré de la cour après la mort du Régent et (...)