La Presse Anarchiste

Bibliothèque anarchiste

    Devant la pro­fu­sion de livres qui s’aug­mente chaque jour, beau­coup sont embar­rassés du choix qu’ils doivent faire pour for­mer un fond de bib­lio­thèque sérieuse. Sous ce titre : Bib­lio­thèque anar­chiste, nous don­nerons, de temps à autres, la liste des ouvrages qui, à notre con­nais­sance, peu­vent être lus avec fruit pour nos idées. Comme de juste les con­nais­sances de cha­cun auront à sup­pléer aux omis­sions que nous pour­rons faire[[Comme nous ne pou­vons con­naître tous les livres nous faisons appel à toutes les bonnes volon­tés pour nous sig­naler ceux pou­vant entr­er dans cet ordre d’idées.]]. 

Sciences et philosophie.

La Lutte pour l’ex­is­tence et l’As­so­ci­a­tion pour la lutte, par J.-J. de Lanes­san, petite pla­que­tte à 1 fr. 50, chez O. Doin, édi­teur, 8, place de l’Odéon. Cette brochure est une argu­men­ta­tion con­tre le droit de la force inven­té par les bour­geois pour légitimer leur société, et une affir­ma­tion de la loi de sol­i­dar­ité entre les indi­vidus le même espèce. 

Le Trans­formisme, par le même, 7 francs, chez le même édi­teur. Dans ce livre est démon­tré l’o­rig­ine ani­male de l’homme, sa lente évo­lu­tion On y trou­ve divers argu­ments en faveur de l’ini­tia­tive indi­vidu­elle, du groupe­ment des affinités, proclamés par les anarchistes. 

Économie politique et sociale

Les Gaspillages des Sociétés Mod­ernes. par Novi­cow, 1 vol. 5 francs, chez Alcan, 108, boule­vard-Saint-Ger­main. C’est le livre d’un écon­o­miste, mais, à l’en­con­tre des livres de l’é­conomie offi­cielle. celui-ci racon­te de bonnes choses. Certes, il a, à l’é­gard de l’idée social­iste, de reprise de pos­ses­sion toute la mau­vaise foi de l’é­cole dont il fait par­tie, mais, à côté de cela, que d’aveux il con­tient sur la mau­vaise organ­i­sa­tion sociale et sur les brig­andages du capitalisme. 

Romans

Un dilemme de J.-K. Huys­mans. 1 vol. 2 francs, chez Stock, place du Théâtre-Français. L’au­teur quand il a écrit cela avait déjà toute sa haine de la saleté bour­geoise, mais le cerveau n’é­tait pas encore fêlé par l’idée mys­tique, aus­si a‑t-il fait là dedans une esquisse vraie des mœurs actuelles ; un tableau édi­fi­ant de la morale bour­geoise, racon­té ce que vaut la famille selon le code. 

Livres de Polémique.

Le Ban­ditisme en Kabylie, par G. Vio­lard, 1 vol. 3 fr.50. chez Savine, 12 rue des Pyra­mides. L’au­teur ayant habité l’Al­gérie doit être à même de con­naître ce dont il par­le. Livre curieux à lire, pour ceux qui ne con­nais­sent pas l’im­bé­cil­ité des bureaux, la canail­lerie admin­is­tra­tive, les beautés d’une coloni­sa­tion ou d’un protectorat. 

La Pétaudière Colo­niale, par A. ‑H. Canu, 1 vol. 3 fr.50, chez Chamuel, rue de Trévise, 29. Livre con­tenant sur l’Afrique noire et l’In­do­chine des faits ana­logues à ceux que racon­te le précé­dent sur l’Al­gérie. L’au­teur ici ne nous sem­ble faire la guerre à une par­tie des hommes au pou­voir que parce que le clan dont il fait lui-même par­tie en est exclus. De là, un cer­tain cachet de per­son­nal­ité que porte son livre. Mais comme ce n’est que lorsqu’ils se dis­putent entre eux que nous pou­vons con­naître les canail­leries de nos maîtres, cela a tou­jours son utilité. 

(à suiv­re.)