La Presse Anarchiste

Deux documents de la Sveriges Arbetares Centralorganisation

    Voici deux textes du mou­ve­ment syn­di­cal­iste lib­er­taire sué­dois récem­ment par­venus à la CRIA. 

    Ils per­me­t­tent de situer la posi­tion de ces cama­rades sué­dois vis-à-vis de deux prob­lèmes clefs : la nation­al­i­sa­tion d’une entre­prise et l’at­ti­tude face à la guerre. 

    Le syn­di­cal­isme lib­er­taire en Suède est organ­isé dans la SAC « Organ­i­sa­tion Cen­trale des tra­vailleurs sué­dois » ; syn­di­cat minori­taire face au grand syn­di­cat social-démoc­rate groupant la grande majorité des tra­vailleurs. Bien que ne comp­tant à peine 20.000 syn­diqués la SAC (mem­bre de l’AIT) est le seul mou­ve­ment anar­cho-syn­di­cal­iste ou lib­er­taire au monde actuelle­ment capa­ble d’éditer un quo­ti­di­en : le jour­nal « Arbetaren » (l’Ou­vri­er).

    Le pre­mier texte con­cerne le pro­jet d’É­tati­sa­tion totale des fameuses mines de fer de la région de Kiruna, au delà du cer­cle polaire, en Laponie (dont l’é­coule­ment de la pro­duc­tion vers la mer libre fut l’en­jeu de la mémorable expédi­tion de Narvik en 1940). 

    Pro­duc­trice d’une abon­dante quan­tité de min­erai en haute teneur, en majorité exporté, ces rich­es gise­ments sont à l’o­rig­ine d’une des plus régulières entrées de devis­es dans la bal­ance des comptes suédoise. 

    Or, les mineurs de cette rude région sont, avec les tra­vailleurs de la forêt, les ouvri­ers les plus fidèles de la SAC. D’où l’im­por­tance de la prise de posi­tion offi­cielle du syn­di­cal­isme lib­er­taire en cette ques­tion comme porte-parole direct des intéressés. Nous pro­posons d’ex­am­in­er atten­tive­ment les raisons de nos cama­rades face à ce prob­lème pra­tique et qui les poussent à pré­conis­er une solu­tion coopéra­tive ouvrière au sein du cap­i­tal­isme d’État. 

    Le sec­ond texte est d’une acuité encore plus générale puisqu’il tend à pré­par­er l’« Union Sacrée » avant même le déclenche­ment d’un con­flit. Récem­ment une dépêche d’a­gence annonçait que, selon un sondage d’opin­ion effec­tué en Suède env­i­ron 80 % de la pop­u­la­tion était prête à défendre le pays en cas d’at­taque. Il est donc pour le moins éton­nant pour nous de voir le syn­di­cal­isme lib­er­taire ne pas se ranger par­mi les 20 % qui par con­séquent « ne marchent pas ». 

    Ajou­tons que le point de vue cité n’est pas indi­vidu­el mais se réfère expressé­ment à une réso­lu­tion du Con­gres de la SAC de 1943 (adop­té par 76 voix con­tre 8). 

    Que peut-on penser de telles pris­es de posi­tion face à un prob­lème qui est aus­si nôtre ? 

NB ― Sous le titre « Le syn­di­cal­isme lib­er­taire en Suède » un cahi­er de « Con­tre-Courant » repro­duit. en une dizaine de pages un arti­cle préal­able­ment paru dans la « Révo­lu­tion pro­lé­tari­enne » de M. Rudi­ger, ex-secré­taire de la SAC, qui pour­rait éclair­er les cama­rades qui s’in­téresseraient à ce mou­ve­ment sué­dois générale­ment peu connu.