La Presse Anarchiste

La liberté

La lib­erté n’est pas au delà de ces pierres

Où se heur­tent les mains et les fronts et les yeux ;

Au delà de ces murs qui dérobent les cieux

Et leur infi­ni bleu d’as­tres et de lumières.

La lib­erté n’est pas au delà de l’accord

Des fers et des ver­rous grinçant de toutes parts,

Car il est d’autres murs pareils à des remparts

Dressés en nous, avec leurs tours d’om­bre et de mort.

Cet homme qui par­court avec la nonchalance

D’un flâneur, le chemin de l’au­tomne attardée

Et cette femme auprès de lui, blonde et fardée

Et cette autre, brisant de son pas, le silence,

Cet homme encore au loin, qui passe et disparaît,

Tous ces êtres errant sans peine, sans entraves

Du soir au soir, de par le monde, qui saurait

Dire s’ils ne sont pas seule­ment… des esclaves ?

La lib­erté ? Mais c’est en soi qu’elle s’élève,

Non pas comme l’en­cens impal­pa­ble d’un rêve

Mais bien comme un regard de toute éternité

Qui par delà les nuits, trou­ve la vérité.

Qu’on dresse les pris­ons, les camps et les barrières,

Que soient mul­ti­pliés les haines, les charniers,

L’homme libre, tou­jours, domine les frontières

Tan­dis qu’à ses genoux râlent les prisonniers !

Marie-Claire Maguelonne. (Eaux-Fortes).