La Presse Anarchiste

Laurent Tailhade

Erect et beau cavalier !

Paul Ver­laine


Depuis une génération

Que vous avez rejoint le domaine néantique

Per­son­ne ne prononce plus votre nom.

C’est le silence immense qui cou­vre tous vos livres

« Le Pays du Mufle » pour­suit sa vilaine besogne,

Et les marou­fles, les tri­gauds, les oblivieux, les félins

Dansent leur ronde d’iniquité.

Vous ravissiez par la cul­ture, l’idéal­ité, le style munificent,

Les plus aris­to­crates au coeur riche de bonnes actions…

Et quand cous par­liez d’Eschyle l’Eleusinien,

De Pétrone, d’Ib­sen. et de jeunes auteurs,

Des ques­tions actuelles étendues

Par la noblesse de la philoso­phie, la magnanimité,

« L’U­nique et sa Propriété

Suf­fit à par­er mon été… »

La salle déli­rait, vous por­tait en triomphe.

L’Es­pagne vous doit des dis­cours parfaits,

Frère de Cer­van­tès et des plus nobles Ibériques.

Le vers ? qui le dis­ait aus­si bien que vous,

Maître, Grand charmeur d’E­douard de Max, roy­al ensorceleur,

Qui met­tait tant d’é­clat dans l’art du Tragédien

Et sans doute eût touché par sa voix jusqu’au trachysaure !…

Par­ti d’un seul voca­ble, poète élé­giaque et aristophanesque,

Oh ! que n’eussiez-vous fait du mot Noukahi­va ? qu’un vrai Fils de l’Attique

Sans peur, que dis-je, plus courageux

Vous vous exposiez au tumulte des meutes,

Presque aus­sitôt domp­tées par les feux de votre regard.

Votre allure sur­pas­sait celle de cent et cent héros :

Vous avez ter­rassé le plus per­vers dragon.

Qu’améthystes, béryls, sar­doines, émeraude,

Les joy­aux pré­cieux du pur Arnaud de Moles

Ruti­lent à jamais à vos pieds, Altesse.

Des Fleurs d’Ophélie qui se réveillera

Pour féter votre verbe avec Rowe­na de Tremaine.

LOUY DE GONZAGUE FRICK. (École poé­tique du Lunain).