La Presse Anarchiste

Lettre de Renée Lang

Nous avons d’autre part, à pro­pos de notre note sur sa belle édi­tion de la « Cor­re­spon­dance de Rilke et d’André Gide », reçu de Madame Renée Lang la pré­cieuse let­tre suiv­ante, qui pose au mieux, nous sem­ble-t-il, un prob­lème cen­tral quant à la juste com­préhen­sion de la pen­sée gidi­enne, autrement dit la ques­tion de la sincérité et de la lib­erté chez Gide :

[/Minusio, le 14 juin 1953./]

Cher Jean Paul Samson,

Je reçois votre pre­mier cahi­er « Témoins » et vous en félicite. J’aime sa restric­tion : restric­tion dans ses fins, restric­tion dans l’expression, restric­tion — si je com­prends bien — dans le nom­bre de ceux qui y par­ticipent active­ment ou pas­sive­ment. Car je crois avec André Gide dans le petit nom­bre. « Le monde sera sauvé par quelques-uns ».

Et ceci m’amène à vous par­ler de votre note sur la Cor­re­spon­dance Rilke-Gide que j’ai éditée. Quand vous y dites que Gide est « tou­jours plus présent, plus actuel » (p. 51), je suis d’accord, et cela peut-être d’autant plus qu’il est moins lu. L’apogée de l’influence est atteinte lorsque celle-ci « est dans l’air ». La jeune généra­tion, qui le rejette en grande par­tie, ne sait pas à quel point elle l’a absorbé, même sans le con­naître de source directe.

Mais ce n’est pas de cela que je voulais vous par­ler, mais plutôt du pas­sage où vous dites que l’importance de Gide réside surtout dans « l’exemple de son con­stant effort vers la sincérité » (p. 52). Non, cher ami, je crois plutôt que sa grande, sa mag­nifique valeur pour nous est dans son effort con­stant vers la lib­erté. Je ne con­nais pas d’auteur dont l’œuvre et la vie aient si inaltérable­ment dégagé de la lib­erté. Là, il n’a jamais fail­li… Certes, son désir de sincérité a tou­jours été authen­tique­ment sincère. Mais n’est pas sincère qui veut. Avec son fonds de puri­tanisme et sa sen­su­al­ité tou­jours en éveil (jusqu’à la veille de sa mort) qui lui fai­sait si sou­vent per­dre sa clair­voy­ance, il a for­cé­ment triché un peu. Lais­sons cela. Gide, dis­pen­sa­teur de lib­erté, est un titre suff­isant à sa gloire immortelle !

Atten­tive­ment et amicalement

[/Renée Lang/]