La Presse Anarchiste

Liaisons

— PARIS : un col­lec­tif lib­er­taire, large­ment ouvert et auquel ont par­ticipé la TAC, le groupe lib­er­taire du Pré-Saint-Ger­vais, l’O­RA Paris, C.A. Paris, des cama­rades du GAEL, de La Lanterne Noire, et des objecteurs, s’est con­sti­tué. Ce col­lec­tif est inter­venu lors de la man­i­fes­ta­tion de sou­tien aux « anti­mil­i­taristes ». Le prob­lème de la sol­i­dar­ité avec les cama­rades empris­on­nés a aus­si été abor­dé. La ques­tion qui se pose à l’heure actuelle est de savoir com­ment le col­lec­tif peut con­tin­uer à fonc­tion­ner, et sur quelles bases communes.

— À TOURS s’est tenue une réu­nion entre des cama­rades de l’A­n­ar­cho (Niort, Poitiers, Tours, Le Mans) de La Lanterne Noire, et de Bor­deaux ; échange de vue sur le mou­ve­ment étu­di­ant, sur l’an­ti-mil­i­tarisme, et sur la cir­cu­la­tion de l’in­for­ma­tion, de la dis­cus­sion, entre les dif­férents groupes autonomes qui refusent d’ad­hér­er à la F.A., à l’O­RA, ou aux dif­férentes vari­antes de l’a­n­ar­cho-syn­di­cal­isme ; il a été décidé d’u­tilis­er l’A­n­ar­cho pour les débats de fond, et que pour les infor­ma­tions immé­di­ates, pra­tiques, les cama­rades du Mans se char­gent de recueil­lir les sten­cils tapés, ou les textes à 50 exem­plaires, pour les réex­pédi­er aux groupes qui en feraient la demande.
— PARIS : après La Lanterne Noire, Dis­si­dence, Inter­ro­ga­tion, une nou­velle revue anar­chiste : POUR, éditée par l’O.R.A. (33, rue des Vig­noles, 75200 Paris — Men­tion­ner « POUR »),

Au som­maire du pre­mier numéro :

— être com­mu­niste lib­er­taire en 76 ;

— classe ouvrière et syndicat ;

— bilan de la pra­tique syn­di­cale à la S.N.C.F  ;

— auto­ges­tion et divi­sion du travail ;

— crise de l’ex­trême-gauche et vogue de l’ultra-gauche ;

— reven­di­ca­tions nationales et dialec­tique de classe ;

— imprimerie Chauffour.

« la sit­u­a­tion est nou­velle. Déjà un débat s’est engagé dans cette gauche ouvrière, encore timide­ment, un début de recherche d’ex­pres­sion poli­tique du nou­veau mou­ve­ment de masse… l’O­RA a pris l’ini­tia­tive de cette revue.., avec la volon­té de ne surtout pas lim­iter la rédac­tion à ses seuls militants. »

Des cama­rades de La Lanterne Noire se sont réu­nis avec le col­lec­tif qui ani­me cette revue ; il en est ressor­ti qu’il était pos­si­ble d’en­tamer une col­lab­o­ra­tion entre les deux revues (dont les objec­tifs ne sont pas iden­tiques) sous forme de réu­nions ouvertes, sur des thèmes pré­cis et pré­parés à l’a­vance, avec des cama­rades extérieurs aux deux groupes, et dont le résul­tat don­nerait lieu, si l’in­térêt l’ex­ige, à des pub­li­ca­tions communes.

Le thème de la con­tra­dic­tion (que nous vivons tous) entre nos posi­tions anti-syn­di­cales et le fait que nous arriv­ions assez mal à nous dégager des syn­di­cats dans nos lieux de tra­vail (en y étant ou bien en refu­sant tout mil­i­tan­tisme) a été retenu. La date n’a pas encore été fixée. Autre thème : l’organ­i­sa­tion (bien entendu !).

Cette col­lab­o­ra­tion ne sup­prime pas nos diver­gences avec l’ORA :

— quant à la plate­forme d’Archi­nov (que nous jugeons bolchévisante),

— quant à la stratégie de ces cama­rades, que nous croyons trop à la remorque du gauchisme, et réac­tion­nel face à l’im­mo­bil­isme des organ­i­sa­tions traditionnelles.

Ces thèmes, à pro­pos desquels il n’y a aucune una­nim­ité à La Lanterne Noire, seront abor­dés dans le prochain numéro.