La Presse Anarchiste

Mouvement social

Espagne

Les ven­tres creux sont traqués là-bas. Le min­istre des travaux publics du cab­i­net de Madrid
vient de promet­tre de leur don­ner du plomb quand ils deman­deront du pain ; et pour ne pas les faire
lan­guir dans les pris­ons, la cour mar­tiale fonc­tion­nera plus ter­ri­ble qu’en temps de guerre.

En vingt qua­tre heures, ou moins même, les rebelles seront pris, jugés et exécutés.

Les gou­verne­ments espèrent enray­er la marche ascen­dante des idées anar­chistes en exé­cu­tant les
pris­on­niers de Xérès et en promet­tant d’assassiner en masse les meurts-de-faim au 1er mai
prochain.

Mais cela pour­rait bien être cause de plus sérieuses insurrections.

Le min­istre de la guerre se trompe peut-être lorsqu’il dit être sûr de son armée ; les fils et
les frères des Pataouets,ceux qui sont à la caserne, pour­raient bien se rap­pel­er au moment du
car­nage qu’il font par­tie de ce peu­ple qu’on leur com­mande d’assassiner ; qu’hier ils étaient à la
char­rue et à l’atelier, que demain ils y retourneront et dans un moment de lucid­ité reconnaître
meurs vrais ennemis.

Mais il se peut aus­si que le peu­ple en uni­forme tire sur le peu­ple en guenille.

À Paris, aus­si, le 18 mars 71, 35000 com­mu­nards ont été mitrail­lés… l’idée n’en est pas moins
restée debout.

Le sou­venir des mar­tyrs de Chica­go n’empêche pas qu’aujourd’hui on entende des milliers
d’hommes se dire anarchistes.

Et si on tue ceux d’Espagne il y aura encore quelques grands cœurs de moins qui bat­tront pour
l’anarchie, quelques hommes qui ne pour­ront plus tra­vailler au bon­heur de l’humanité, l’idée sera
quand même là, ray­on­nante parce qu’elle est vérité.

Bil­bao

Il y a eu grève des mineurs dans plusieurs cen­tres houillers du 25 jan­vi­er au 8 févri­er, mais après
plusieurs com­bats avec les sol­dats et la gen­darmerie où il y a eu beau­coup de sang ver­sé de part et
d’autres, la tra­vail a été repris.

Le gou­verne­ment con­sid­érant le car­ac­tère anar­chiste du mou­ve­ment à fait fonc­tion­ner la cour
martiale.

Valladolid

Un artilleur nom­mé Cam­i­na­go a tué son ser­gent d’un coup de cara­bine parce qu’il le punissait
injustement.

Suisse

La Suisse accordera désor­mais l’extradition des anarchistes.

— O —

Wilna 24 jan­vi­er — Un offici­er d’artillerie venant pren­dre le com­man­de­ment de sa bat­terie et voyant
que ses hommes lui refu­saient le salut mil­i­taire, par mutiner­ie, en tua deux à coups de revolver.

Partout les mêmes ces galonnés !

Portugal

À Lis­bonne des ouvri­ers sans tra­vail ont pil­lé les boulangeries

Algérie

Une dégoû­tante affaire de mœurs a été décou­verte au pre­mier étranger à Bel-Abbès.

Pour empêch­er ces scan­dales il faut jeter bas les casernes.

Thomassi­ni et Jer­res, ser­gents, ont attiré un jeune sol­dat dans leur cham­bre et par la
vio­lence ils ont com­mis sur lui un atten­tat ignoble.

Voilà jusqu’à quel point le mil­i­tarisme abru­ti l’individu, on ne peut pas dire que se sont des
excep­tions, il ne se passe pas de semaine sans que les quo­ti­di­ens rela­tent 3 ou 4 faits aussi
révoltants  ; il est prob­a­ble que si ces gens-là au lieu de vivre en caserne dans cette continuelle
promis­cuité, avaient pu vivre de la vie large de l’homme libre, ils n’auraient pas été réduit à
faire ces igno­bles saletés.