La Presse Anarchiste

Paris : À propos des anarchistes de Xérès

Salle comble same­di soir à la salle du com­merce, faubourg du Tem­ple où les anarchistes
parisiens avaient con­vo­qué tous leurs com­pagnons à l’occasion de la récente exé­cu­tion de quatre
anar­chistes espag­nols à Xérès.

De nom­breux ora­teurs ont pris la parole.

Le pre­mier, le com­pagnon Cou­turi­er, a exposé en ces ter­mes le but de la réunion :

« Citoyennes et Compagnons.

«  En présence de l’énormité des crimes que com­met­tent jour­nelle­ment les tyrans et les
autori­taires de tous par­tis, nous avons cru utile de vous appel­er par­mi nous pour vous dire que la
lou­ve espag­nole venait de faire assas­sin­er lâche­ment qua­tre de nos amis et cette tigresse n’étant
pas encore gorgée de sang bon et généreux de nos meilleurs cama­rades a encore la pré­ten­tion d’en
faire étran­gler d’autres. (…)

« Et nous restons indif­férents en présence de tous ces crimes ; nous n’avons pas le courage de
broy­er dans nos mains cette bande de voleurs et d’assassins qui gou­ver­nent les nations abru­ties par
tous ces coquins. (…)

«  Allons cama­rades, réveil­lons-nous ne restons pas dans la tor­peur et pénétrons-nous bien de
la dernière stro­phe de Ger­mi­nal :

Quand les meurt-de-faim rassemblés
Se dresseront pour la révolte,
Ser­rés et drus comme les blés
Les fusils fer­ont la récolte
Mort aux repus du capital
Il faut égalis­er les tailles
Plus on en tuera
Mieux ça vaudra
Har­di les gars ! c’est Germinal
Qui fera pouss­er les semailles. »

Des dis­cours non moins vio­lents ont été pronon­cés par les com­pagnons Mar­tinet, Le Boucher,
Torte­lier, etc. et ont été comme bien on pense cou­verts d’applaudissements.