La Presse Anarchiste

Brefs extraits

Nous avons choisi quelques élé­ments qui nous ont paru impor­tants de la table ronde qui a eu lieu à Madrid le 7 jan­vi­er 1977 entre six cama­rades espag­nols et les cama­rades de A. Riv­ista Anar­chi­ca, de l’in­ter­view avec un mil­i­tant de Valence, le 8 jan­vi­er et de la table ronde faite à Valence le 9 janvier.

Madrid, 7 janvier 1977.

13. À Madrid, le syn­di­cat du spec­ta­cle a en ce moment entre 40 et 50 affil­iés, celui de l’En­seigne­ment, plus de 200, la Métal­lurgie en avait 25 au départ et actuelle­ment on en compte 100, les Arts Graphiques, entre 60 et 70.

14. (Syn­di­cat de l’En­seigne­ment) Je crois que beau­coup d’é­tu­di­ants sont dans la C.N.T. un peu par sno­bisme, et nous pou­vons le con­stater du fait que nous sommes plus de 200, mais dans les assem­blées nous ne sommes pas plus que 60–70.

15. Au niveau nation­al, il s’avère que le syn­di­cat de l’en­seigne­ment n’a pas la même valeur qu’à Madrid. Ain­si on a le cas de Barcelone, où les étu­di­ants ne sont pas admis et mili­tent entre eux, tan­dis qu’à Saragosse ils ne sont pas admis offi­cielle­ment, mais en fait ils tra­vail­lent dans le syn­di­cat. Ces prob­lèmes sont donc à résoudre.

16. La C.N.T. est petite mais les si fameuses C.C.O.O. ou l’U.G.T. le sont autant, et la dif­férence n’est vrai­ment pas grande (…) La par­tie poli­tisée de la classe ouvrière est extrême­ment minori­taire, env­i­ron 5–10 % et c’est sur cette minorité que tous agissent.

17. Nous nous heur­tons par­fois à des prob­lèmes idéologiques (dans la C.N.T.) comme lorsque nous avons décidé de faire une cam­pagne pour tous les détenus aus­si bien poli­tiques que de droit com­mun. Il y a eu des cama­rades qui s’y sont opposés en sou­tenant que les gens n’é­taient pas prêts pour une chose de ce genre, ou bien qu’on ne pou­vait le faire, parce que c’é­tait faire de la poli­tique. Je ne sais pas ce que font ces gens dans la C.N.T., qui est tout autre chose qu’un syn­di­cat réformiste ou qui du moins pré­tend ne pas l’être. À mon avis, beau­coup de gens sont venus avec de bonnes inten­tions, mais réformistes, et ne veu­lent pas d’un syn­di­cat révo­lu­tion­naire. C’est un prob­lème très important.

Valence, 8 janvier 1977.

18. Avant la recon­struc­tion la pro­pa­gande écrite était très réduite par manque de moyens financiers.

19. Cer­tains cama­rades ont par­ticipé aux élec­tions syn­di­cales de 1975.

20. Dans la ville : le syn­di­cat de la Métal­lurgie a env­i­ron 150 mem­bres, le Bâti­ment 30, l’En­seigne­ment 40, la San­té 40, des pro­fes­sions divers­es 20, la Banque 20.

21. À Valence il existe aus­si de nom­breux groupes qui se définis­sent comme autonomes et qui, au départ, ne voulaient pas enten­dre par­ler de la C.N.T. ; main­tenant ils com­men­cent à entr­er et nous pen­sons que ce proces­sus va continuer.

22. À Valence l’al­liance U.G.T.-C.N.T. a été réalisée.

Valence, 9 jan­vi­er 1977.

23. Il ne faut pas oubli­er que la C.N.T. réap­pa­raît avec une série de ten­dances en son sein et de con­tra­dic­tions qui ont eu lieu égale­ment dans le passé. En out­re, une par­tie de la C.N.T. d’au­jour­d’hui. à cause de ses cri­tiques assez fortes con­tre le Par­ti Com­mu­niste, se trou­ve dans un cer­tain sens favorisée par le régime pré­cisé­ment à cause de son anti­com­mu­nisme, et cela est con­tra­dic­toire et dangereux.

24. Je pense que la C.N.T. en Espagne ne pour­ra pas devenir majori­taire si ce n’est dans des moments his­toriques pré­cis, mais ce qui est impor­tant c’est qu’elle existe comme alter­na­tive et, donc, qu’elle soit un point de ral­liement pour toute une série de gens rebelles.


Publié

dans

par

Étiquettes :