La Presse Anarchiste

France : les emprisonnés des GARI

« Depuis plus de trente mois, trois inculpés (des ex-GARI) croupis­sent en déten­tion préven­tive à la prison de la San­té à Paris, dans l’in­dif­férence générale !

Plusieurs deman­des de mise en lib­erté pro­vi­soire ont déjà été faites, mais toutes ont été rejetées, sous le prin­ci­pal pré­texte que « la sit­u­a­tion en Espagne n’ayant pas évoluée, les inculpés risquaient de repren­dre leur action » !

Dès le 14 avril 77, une nou­velle demande de mise en lib­erté pro­vi­soire doit être faite pour les trois détenus, pour cela il faut l’ap­puy­er par tous les moyens : cam­pagne d’in­for­ma­tion dans l’opin­ion publique, par voie de tracts, affich­es, com­mu­niqué à la presse locale et nationale, par des actions, des meet­ings, etc ; écrire directe­ment au Min­istre de la « jus­tice » en util­isant la con­tra­dic­tion avec la posi­tion du gou­verne­ment espag­nol qui tend à libér­er ses détenus « poli­tiques », etc.

Cette cam­pagne, pour être effi­cace, doit être prise en charge par tous à la base. Nous ne pou­vons assur­er qu’une coor­di­na­tion avec le Col­lec­tif de Sol­i­dar­ité aux Révo­lu­tion­naires Détenus. Nous espérons pou­voir organ­is­er des galas de sol­i­dar­ité pour l’in­for­ma­tion et surtout pour le fric. Nous n’avons pas fait d’ap­pel au fric, mais pour une fois cela s’avère néces­saire car la sit­u­a­tion est cri­tique ; dans trois mois ce sera les « vacances » pour beau­coup et une fois de plus on se retrou­vera isolés !

(La posi­tion du Comité d’in­for­ma­tions : exiger la lib­erté pour les trois cama­rades détenus et l’am­nistie pour tous les inculpés dans « l’af­faire » des ex-GARI.) Comité d’in­for­ma­tions sur les détenus des ex-GARI, adresse : M/H/ — B.P. 4098, 31030 Toulouse Cedex ; et du Col­lec­tif de Sol­i­dar­ité aux Révo­lu­tion­naires Détenus, adresse : C/o OCL, 33, rue des Vig­nolles, 75020 Paris.

Toulouse, le 12 avril 1977


Comité de sou­tien aux empris­on­nés du FRI (Front Révo­lu­tion­naire Inter­na­tion­al) 33, rue des Vig­nolles, Paris 20e

Tél. 370–46-86

Nous rap­pelons que trois jeunes anar­chistes (X, Y, Z) sont empris­on­nés depuis le 9 juin 76. Ils revendiquent deux attentats :

— con­tre le Com­mis­sari­at du 15e arrondisse­ment, en protes­ta­tion con­tre la répres­sion poli­cière dans ce quarti­er et, d’une façon générale, dans l’ensem­ble du pays ;

— con­tre la Banque Rotschild (agence Saint-Hon­oré), en protes­ta­tion con­tre la col­lab­o­ra­tion entre les trusts ban­quiers, les sion­nistes et les pha­langes libanais­es qui par­ticipent à l’écrase­ment du Peu­ple palestinien.