La Presse Anarchiste

Dans notre courrier

[…] Il sem­ble que les thès­es marx­istes soient assez dif­fi­ciles à défendre après les expéri­ences bolcheviques et sociales démoc­rates… Mais comme avec les « Com­mu­nistes de con­seils »… qui exis­tent encore en Alle­magne eux aus­si marx­istes mais sincère­ment antié­ta­tiques des rap­ports très frater­nels peu­vent se faire jour… je pense pour mon compte qu’il n’y a pas de passé infran­chiss­able entre les par­ti­sans des Con­seils et Comités d’u­sine (Ben­jamin Per­ret) et les par­ti­sans comme moyen d’ac­tion du syndicalisme. 

En effet quelle dif­férence sérieuse existe-t-il entre la fédéra­tion des comités indus­trielle­ment et hor­i­zon­tale­ment (union locale, régionale… de comités d’u­sine) et les syn­di­cats d’in­dus­tries, et unions locales de syn­di­cats à la sec­tion syn­di­cale. Rien qui jus­ti­fie à mon avis une guerre… idéologique… Tant au plus les apparences nous divisent… Car les reproches des par­ti­sans des Con­seils fédérés aux syn­di­cats actuels sont les mêmes que les nôtres : l’e­sprit cen­tral­iste qui tue toute vie nor­male d’une organ­i­sa­tion syn­di­cale, elle qui ne peut qu’être fédéraliste. 

Dans une organ­i­sa­tion fédéral­iste syn­di­cale il ne peut y avoir de dic­tature des syn­di­cats sur les con­seils d’u­sine puisque nor­male­ment les Comités d’u­sine sont les rouages de base du syn­di­cat d’in­dus­trie et que les Con­seils des syn­di­cats devraient être for­més par les délégués des con­seils d’u­sine, et non pas désignés par une assem­blée générale sur propo­si­tion de X… et encore moins être une délé­ga­tion par­i­taire de métiers… Les sec­tions tech­niques (métiers) étant un sous-organe tech­nique des syn­di­cats et Con­seils d’u­sine (ate­liers, spé­cial­ités etc.) mais ne doit pas se con­fon­dre avec le con­seil syn­di­cal d’usine. 

Ceci sup­pose la décen­tral­i­sa­tion des gros syn­di­cats (départe­men­taux, régionaux etc.) et la for­ma­tion des con­seils syn­di­caux sur la base des con­seils d’u­sine. Ain­si con­sti­tué le syn­di­cat ne peut exercer de dic­tature puisque ses déci­sions dépen­dent des comités d’u­sine (actuelles sec­tions d’usines). Les bureau­crates et cen­tral­istes politi­ciens ne pour­raient pas, ou du moins plus dif­fi­cile­ment, plac­er leurs sbires… 

Ceci pour démon­tr­er com­ment la divi­sion de gens divisés sur des mots ne repose en fait que
sur des apparences alors qu’on fait leurs buts sont communs.

C’est cela, et dans cet esprit que nous devons abor­der les cama­rades proches de nous (…)

Sur, le con­tenu de N. et R. je n’hésite pas à dire bra­vo… Les arti­cles et les rap­pels faits sont bons, le juge­ment sain. 

L’ar­ti­cle de Chris­t­ian sur la Bon­zocratie est excel­lent à tous points de vue… Tu as bien dit ce qu’il con­ve­nait de dire. L’ar­ti­cle de Bour­geois est aus­si bien, quoique je ne partage pas sur un cer­tain point ses vues… À savoir l’Église devenant répub­li­caine, social­iste et même anar­chiste et cela franche­ment me laisse un peu incré­d­ule… Qu’elle le soit dev­enue par tac­tique d’ac­cord, mais sociale­ment elle reste liée à la réac­tion sociale (voir l’Es­pagne, le Cana­da, etc.) 

Car elle sait que la dis­pari­tion d’une société érigée en class­es et caste où il n’y aurait plus à prêch­er l’obéis­sance et la résig­na­tion ver­rait la dis­pari­tion pro­gres­sive de l’e­sprit religieux, et, avec la fin des priv­ilèges, la voca­tion ecclési­as­tique égale­ment… mais ceci dit d’ac­cord avec le cama­rade sur l’ac­tu­al­ité de men­er, de faire la lutte de classe révo­lu­tion­naire et l’autre cléri­cal­isme intel­li­gent à ne pas con­fon­dre avec le « Lorulotisme ».

L’ar­ti­cle de Paul Rol­land sur « Social­isme et Anar­chisme », égale­ment bon (…)