La Presse Anarchiste

Réponse II

Tu com­mences par induire que les copains se seraient tirés sur le prob­lème de l’or­gan­i­sa­tion : ce n’est pas exact ; il y a eu (et il y a encore) des prob­lèmes de fonc­tion­nement, des prob­lèmes idéologiques, organ­i­sa­tion­nels aus­si, mais c’est beau­coup plus large. Par ailleurs tu sous-entends la mal­hon­nêteté de notre part (notre silence sur les départs) ; mais que faire dans ce cas, puisque tu es le pre­mier à écrire, sinon par­ler à la place des gens et pour eux ? Expli­quer leur départ de notre point de vue, c’est cela qui serait, me sem­ble-t-il, de la mal­hon­nêteté ! Il aurait été plus intéres­sant d’analyser pourquoi les copains se sont tirés sans rien dire !… et cela est dû au fonc­tion­nement du groupe affini­taire que nous sommes !

Je crois que tu enfourch­es un mau­vais cheval de bataille au sens où tu ratio­nalis­es ; il aurait pu y avoir un débat sur l’or­gan­i­sa­tion qui aurait entraîné le départ d’une ten­dance, sur les désac­cords tant idéologiques que d’or­gan­i­sa­tion, mais ce phénomène n’a pas existé comme cela, sauf dans tes ratio­nal­i­sa­tions a pos­te­ri­ori. Ceci dit, j’ai l’im­pres­sion que tu pass­es à côté d’autres choses intéres­santes que tu aurais pu dire, pour tomber dans une polémique de spé­cial­iste avec Nicolas.

Quand tu dis « La Lanterne par les textes de Nico­las… est organ­isatrice » tu déformes sin­gulière­ment le con­tenu de cet arti­cle, et par ailleurs tu as l’air d’ou­bli­er que le texte d’une per­son­ne du groupe ne reflète pas néces­saire­ment une opin­ion majori­taire, ni le point de vue homogène de tous, puisqu’il est déjà arrivé que des arti­cles don­nant des points de vue dif­férents sur un même thème soient pub­liés ; c’est d’ailleurs ce qui s’est pro­duit sur le prob­lème de l’or­gan­i­sa­tion, où d’autres textes ont été pub­liés, exp­ri­mant un autre point de vue que celui de Nico­las, point de vue dif­férent mais pas con­tra­dic­toire ; que ces textes provi­en­nent de copains extérieurs au groupe, et non du groupe lui-même, est-ce vrai­ment un prob­lème, puisque des copains de la Lanterne se recon­nais­saient dans les points de vue exprimés dans ceux-ci ? Je crois que là c’est toi qui plaques sur la Lanterne une vision très organ­i­sa­tion­nelle, où il y aurait un point de vue de groupe, une « ligne » qui serait suiv­ie par tous les mem­bres du groupe !

Tu reproches à la Lanterne d’être une organ­i­sa­tion politi­carde, mais les cri­tiques que tu nous fais relèvent du même com­porte­ment politi­card ! Tu tombes, toi aus­si, dans l’op­po­si­tion tra­di­tion­nelle, dans le mou­ve­ment anar, entre indi­vid­u­al­istes et organ­isa­teurs ; et là je sens une querelle « d’ap­pro­pri­a­tion » de l’a­n­ar­chisme, éton­nante quand on essaie comme toi de sor­tir de la « cri­tique idéologique des idéolo­gies ». Tu en veux à Nico­las d’être « organ­isa­teur » comme tu dis, d’être dans le clan opposé au tien, celui des indi­vid­u­al­istes ; est-ce cette cas­sure en deux de la famille anar­chiste qui te gêne, ou le fait que ton clan « celui authen­tique­ment révo­lu­tion­naire », ne soit pas hégé­monique ? Cette querelle de famille me gêne moi, surtout quand tu dis ensuite qu’il ne te reste qu’à dis­paraître dans la nuit des sans-parti.

Enfin, sur le « mou­ve­ment réel » qui nous serait resté en tra­vers de la gorge, je crois que c’est là une querelle d’in­ten­tion ou un prob­lème à toi, ce qui est tout à fait respectable, mais n’en prof­ite pas pour nous prêter — pla­quer des inten­tions. Nous ne sommes pas un embry­on d’or­gan­i­sa­tion à voca­tion dirigiste ou avant-gardiste, comme tu as l’air de nous présen­ter à la fin de ta let­tre ; nous nous don­nons sim­ple­ment le droit d’ex­primer ce que nous pen­sons sur la société, et cela dans une per­spec­tive lib­er­taire, et en cela je ne pense pas que nous soyons dans ce qui est une fausse alter­na­tive en l’oc­cur­rence : par­ti dirigeant/mouvement réel.

Agathe