La Presse Anarchiste

Mouvement social

Dans le mouvement
ouvri­er hol­landais, le par­ti le plus puis­sant est encore, sans
con­tred­it, le par­ti social­iste, dénom­mé « Ligue
des social­istes ». Depuis ces dernières années,
ce par­ti est antiparlementariste.

Il existe aus­si chez
nous, ana­logue à celle qui existe en Alle­magne, une fraction
par­lemen­tariste, d’ailleurs de peu d’im­por­tance. Ses organes n’ont
que peu de lecteurs et les chefs recherchent main­tenant l’ap­pui des
ouvri­ers con­ser­va­teurs. Je ne crois pas que ce par­ti ait une longue
exis­tence ; il se fon­dra vraisem­blable­ment bien­tôt peu à
peu avec le par­ti radical.

Je dis­ais que la Ligue
des social­istes est antipar­lemen­tariste. Il y a un an, ce par­ti était
même bien près de l’a­n­ar­chisme, mais à son
dernier con­grès, en décem­bre 1894, la majorité a
adop­té une propo­si­tion déclarant qu’il y avait lieu de
pren­dre part aux élec­tions, « par mesure
d’utilité ».

Remar­que curieuse,
quelque peu aupar­a­vant, le mou­ve­ment anar­chiste s’était
beau­coup ralen­ti, et lors de la con­férence que nos camarades
firent le 16 sep­tem­bre de la même année, une scis­sion se
pro­duisit entre les par­ti­sans et les adver­saires d’une organisation.
Notre organe Anar­chist avait inter­rompu sa pub­li­ca­tion pendant
six mois, mais il vient de reparaître, il y a un mois. Il est à
crain­dre qu’il ne soit bien­tôt for­cé de sus­pendre de
nouveau.

Toute­fois, le mouvement
ouvri­er en Hol­lande donne con­fi­ance en l’avenir. Les socialistes
s’ab­sti­en­nent de vot­er, ne récla­ment plus comme autre­fois le
suf­frage uni­versel et ont porté la lutte sur le terrain
économique.

Les grèves,
grandes et petites, sont très nom­breuses et ce sont elles qui
auront quelque influ­ence sur le mou­ve­ment social­iste et lui donneront
quelque effi­cac­ité. Grâce à elles, la
man­i­fes­ta­tion du 1er mai à Ams­ter­dam a été
très imposante.

Nous espérons que
par cette voie le mou­ve­ment se rap­prochera de plus eu plus de
l’anarchisme.