La Presse Anarchiste

D’en-haut et d’en-bas

Bra­vo
les Belges

Le
crédit demandé pour la léga­tion accréditée
par la Bel­gique auprès du Saint-Siège a été
adop­té par 65 voix seule­ment con­tre 55.

En
France, il n’y a pas cette pro­por­tion de voix pour la sup­pres­sion de
l’am­bas­sadeur auprès du pape. C’est bien la peine d’être
en République et d’avoir la « défense
républicaine » !

Surtout
il est à con­stater que la Bel­gique est prête à
entr­er dans le mou­ve­ment inter­na­tion­al de révolte con­tre le
cléricalisme.

Espagne,
Ital­ie, France, Bel­gique !… Ça marche.

Une
sta­tis­tique navrante

On a
enreg­istré, le mois dernier, à Paris, 1487 décès
causés par la tuber­cu­lose ; 112 par la Méningite ;
164 par la Con­ges­tion cérébrale et ramol­lisse­ment du
cerveau.

L’al­coolisme
étant la cause directe ou indi­recte, en moyenne, dans 89 %
des cas, nous trou­vons les chiffres suiv­ants : 1321 décès
dus à la tuber­cu­lose alcoolique ; 99 à la
ménin­gite alcoolique ;  232 à la Con­ges­tion et
ramol­lisse­ment alcoolique du cerveau.

Dans
ces chiffres ne sont pas com­pris les décès dus à
d’autres mal­adies alcooliques.

Pau­vre
human­ité, il ne lui suf­fit pas, soit de se détruire
elle-même par la guerre, soit d’être détru­ite par
la mal­adie, il faut encore qu’elle s’abreuve de poison.

Ils
sont fous

Le
Saint-Office, nous annonce le cor­re­spon­dant romain de La Croix,
vient de con­damn­er deux absur­des et nou­velles dévo­tions venues
d’Amérique.

La
pre­mière, c’est la dévo­tion à la Main
mirac­uleuse de Notre-Seigneur
. Cette dévo­tion a pour
sym­bole une main ouverte, blessée dans son cen­tre. Sur les
extrémités des doigts on voit les images de l’Enfant
Jésus, de la Sainte Vierge, de saint Joachim et de sainte
Anne.

L’autre
est la Croix de l’Im­mac­ulée Con­cep­tion. C’est une
médaille en forme de croix por­tant d’une part, non pas l’image
de Notre-Seigneur, mais celle de Marie-Immac­ulée, et de
l’autre les saints cœurs avec le mono­gramme de la Sainte-Vierge.

La
Vierge en Croix à présent. Il est des idôlatries
dont Rome rougit elle-même.


est la différence

Toute
la dif­férence entre l’esclavage antique et le salariat
mod­erne, c’est qu’autre­fois on achetait un esclave, tandis
qu’au­jour­d’hui on le loue. Esclavage au mois, à la
semaine, à la journée, à l’heure, ou encore à
la tâche, peu importe ; c’est tou­jours de l’esclavage,
puisque, pen­dant tout le temps de la loca­tion, le loueur est
pro­prié­taire des mus­cles du loué.

C’est
pourquoi nous aspirons vers une société où nul
n’au­rait la pos­si­bil­ité de s’ap­pro­prier les mus­cles d’autrui,
où nul n’au­rait la ten­ta­tion de met­tre sa fatigue en louage,
pour vivre. (René Chaughi)

Cette
Société-là, l’É­vangile intégral
nous la donnera.