La Presse Anarchiste

La paix

Les
soidizants par­ti­zants de la paix dis­ent ordi­naire­ment que pour avoir
la paix il faut se pré­par­er pour la guère. Alors ils
veu­lent mul­ti­pli­er et per­fec­sion­er lez arme­ments ; on force les
jeune jens a pass­er un cer­tain temp a la caserne pour y apran­dre la
méti­er de tueur d’homes ; les oficiers abituent leurs
sol­dats a une obéis­sance absolue afin de mieux pou­voir lez
anvoy­er a la mort.

Croyez-vous
que dez armés nom­breuses et dis­si­plinées assurent le
mintien de la paix ?

Moi
je crois que lez armés font la guère, et que sans armés
la guère serait impos­si­ble. Si on voulait vrai­ment la paix, on
dézor­ga­nizrait lez armés en refu­sant de s’y enrôler
et en encour­a­jant lez autres à imiter cet exem­ple. Mais pour
n’avoir pas de prison a faire il faudrait par­tir a l’étranger
et se faire nat­u­ralis­er avant de rantr­er dans le pays ; car je
crois qu’avec un état civ­il étranger on ne serait pas
obli­jé d’ob­serv­er la loi militaire.

Il
est vrai que lez étranger ne sont pas électeur, mais,
a‑t-on besoin d’être électeur pour fonder une
asso­cia­cion inter­na­cionale de travailleurs ?

Si
les rich­es, les puis­sants et les budgé­tivôres se font la
guère et se tuent les uns les autres, lais­sons les faire, il
en restera bien assez pour vivre a nos dépens.

Mais
nous, tra­vailleurs de toute nation­al­ité, unissons-nous,
aidons-nous et aimons-nous les uns les autres.

Alfonse
Chafo