La Presse Anarchiste

Complément

Dans
un arti­cle sur les anar­chistes en Alle­magne de l’Est entre 1945 et
1955 (Iztok n°2), l’au­teur dis­ait ne pas connaître
John Olday, mil­i­tant anar­chiste alle­mand en exil en Angleterre.
Plusieurs lecteurs nous ont fourni des ren­seigne­ments pré­cis à
son sujet.

John
Olday, de son vrai nom Artur Willem Oldag, est né en Allemagne
en 1905. En 1918–1919, il par­ticipe à la révolte des
ouvri­ers et des marins à Ham­bourg, et il est arrêté.
En 1920, il ren­tre aux jeuness­es com­mu­nistes d’où il est exclu
peu après. En 1923, lors du soulève­ment ouvri­er, il
com­bat dans un groupe anar­chiste. Dessi­na­teur car­i­ca­tur­iste, il
pub­lie très tôt des dessins anti-nazis. Il est obligé
de s’en­fuir en Angleterre après avoir échap­pé à
la Gestapo. Il est très act­if en exil dans la résistance
anti-nazi, actions de sab­o­tages notam­ment. À la déclaration
de guerre, il refuse de tra­vailler pour le ren­seigne­ment anglais,
échoue dans un batail­lon dis­ci­plinaire, déserte et
passe dans la clan­des­tinité où il con­tin­ue sa
pro­pa­gande anarchiste.

Arrêté
en 1944, il sort de prison pour être jeté dans un
batail­lon dis­ci­plinaire. Là, il organ­ise les POW alle­mands à
l’in­térieur du groupe Bak­ou­nine. À leur libération,
ces jeunes révo­lu­tion­naires retour­nent en Alle­magne, notamment
dans la zone russe où ils étab­lis­sent des groupes
anar­chistes. Ils furent liq­uidés vers la fin de 48. Relâché,
Olday part en Aus­tralie, puis en Alle­magne et retourne finale­ment à
Lon­dres pour tra­vailler à Free­dom et Black Flag.
Il mil­i­tait aus­si dans les IWW. Il est mort à Lon­dres en 1977.

La
brochure « Tage­buch eines Namen­losen » pub­liée en
Alle­magne de l’Ouest en 1953 pour être dif­fusée à
l’Est a été rééditée en 1980 par
Die Freie Gesellschaft, c/o Ulrich Gelitz, Dor­mannstr. 32,
2000 Han­nover 91, RFA.

Note :
POW abrévi­a­tion anglaise de pris­on­niers de guerre.