La Presse Anarchiste

Moderato

Il n’est per­son­ne qui, par l’in­tel­li­gence, croie à quoi que ce soit. La racine de toute croy­ance se trou­ve dans le cœur ou l’estom­ac ou les géni­toires ou la poche. La croy­ance est tou­jours un « intérêt spécial ». 

Vouloir amen­er quelqu’un à raison­ner sa croy­ance — implique con­tra­dic­tion dans les ter­mes. Émet­tre juge­ment pour ou con­tre une chose est un abaisse­ment de la compréhension. 

L’aspi­ra­tion la plus élevée qui soit, c’est l’aspi­ra­tion de s’af­franchir de la foi, de la croy­ance, de l’opin­ion : l’aspi­ra­tion à s’af­franchir des « intérêts spéciaux ». 

Le genre humain a jusqu’i­ci con­fon­du — et il le fera prob­a­ble­ment tou­jours ― l’amour et la pos­ses­sion. Ils sont aux pôles l’un de l’autre. 

Seule la com­préhen­sion sait ce que sig­ni­fie ce mot sub­lime : l’amour. Seule la com­préhen­sion peut hiss­er l’amour jusqu’à l’infini. 

La pos­ses­sion mutile. La pos­ses­sion est une forme de haine. Une fleur cueil­lie est une fleur morte. 

Dans le Jardin du Monde, la Croy­ance agit en van­dale. Elle ne peut jamais réelle­ment aimer parce qu’elle ne voit jamais les choses dans leur réal­ité. Son geste est tou­jours égoïste dans la plus basse accep­tion du terme. 

Ce n’est pas que renon­cer à agir soit grand en soi. Renon­cer ne sig­ni­fie rien. On peut agir et ne pas croire en son action. Telle est la superbe ironie de cer­tains esprits fan­tas­tiques comme Stendhal. 

Agir pour le plaisir d’a­jouter à l’ironie de l’ex­is­tence — agir afin d’a­jouter encore à l’u­ni­versel « Faire Croire » ; agir sans sincérité, mais avec l’œil de l’Ap­préhen­sion rivé sur l’acte — voilà l’apothéose de vie à laque­lle bien peu parviennent. 

Ben­jamin de Casseres