La Presse Anarchiste

Informations

Il
est bien cer­tain, que mal­gré. toutes les prévisions,
sup­po­si­tions et analy­ses, les anar­chistes se sont trouvés
sur­pris, comme tout le monde, par les évène­ments du 13
mai. Non pas par l’évène­ment lui-même (celui ci
était aisé­ment prévis­i­ble et la « gauche »
en général s’at­tendait à un coup de force
fas­ciste à plus ou moins brève échéance)
mais par la soudaineté, la précipitation.

Pour
notre part, aux G.A.A.R., nous nous pré­par­i­ons à
« sor­tir » pré­cisé­ment ce numéro 10 de
nos cahiers. Le général Mas­su nous a, fort
inop­por­tuné­ment à notre goût, oblig­és à
remet­tre à plus tard la con­fec­tion des dits cahiers, ayant
d’autres tâch­es plus urgentes à accom­plir. C’est ainsi
que le 16 mai nous tiri­ons un tract appelant à la grève
générale
, seul mot d’or­dre nous parais­sant logique
à ce moment-là. Il n’est que de con­stater la réaction
des gars de Loire-Atlan­tique, débrayant mas­sive­ment au
lende­main du coup d’Al­ger, pour voir ce qu’il y avait à faire.
Mais déjà, la « gauche » s’oc­cu­pait surtout
de « défendre la République », les
aco­quine­ments repar­taient de plus belle, et il était bien
ques­tion de grève générale !

Pour
en revenir au plan pro­pre­ment anar­chiste, nous pre­nions l’initiative
de réu­nir le Comité de Coor­di­na­tion Lib­er­taire (C.C.L.)
groupant : Les Jeunes Lib­er­taires, la C.N.T la Fédération
Anar­chiste et les Groupes Anar­chistes d’Ac­tion Révolutionnaire.
D’autres groupe­ments et indi­vid­u­al­ités également
invités à par­ticiper au C.C.L. se récusaient
sous divers pré­textes. Le comité se réunit
depuis les évène­ments, une fois par semaine, confronte
les dif­férents points de vue de l’a­n­ar­chisme sur la situation
et essaie de dégager une posi­tion com­mune en vue d’exprimer
celle-ci par affich­es, tracts, ou toute autre forme de pro­pa­gande. Il
est bien évi­dent que si les G.A.A.R. se sont trou­vés en
oppo­si­tion formelle avec la F.A. quand le représen­tant de
celle-ci dans un souci irréfléchi d’«efficacité »
engageait le nom de l’or­gan­i­sa­tion dans un « Comité de
Liai­son et de Défense des Lib­ertés Démocratiques »
(C.L.D.L.D. ) groupant plusieurs par­tis bour­geois comme les Radicaux,
la S.F.I.O. avec des organ­i­sa­tions ouvrières comme le P.C.I.
au nom. de « VIVE LA RÉPUBLIQUE », nous nous sommes
par con­tre retrou­vés pleine­ment d’ac­cord pour ultérieurement
sor­tir un tract imprimé dénonçant le danger
gaulliste, en com­mun avec la même F.A.., dont la majorité
venait de com­pren­dre l’er­reur d’ad­hér­er au. C.L.D.L.D. et
reje­tait cette position.

Ceci
ne nous empêchait pas, par ailleurs, de par­ticiper à un
regroupe­ment extra-anar­chiste mais regroupant unique­ment des
organ­i­sa­tions ou indi­vid­u­al­ités révo­lu­tion­naires. Ce
groupe­ment, sus­cité par la F.A. et les Trot­skystes, prit pour
nom Comité d’Ac­tion Révo­lu­tion­naire (C.A.R.) et réunit :
le Par­ti Com­mu­niste Inter­na­tion­al­iste, la Fédération
Anar­chiste Française, le syn­di­cat Char­p­ente-Fer C.G.T. de la
région parisi­enne, les Jeunes Lib­er­taires, le groupe Pouvoir
Ouvri­er, etc. En plus des tracts édités par le C.A.R.
col­lés et dis­tribués, nos mil­i­tants participèrent
au défilé Nation-République du 28 mai à
Paris. Au cours de cette man­i­fes­ta­tion éminemment
répub­li­caine, le C.A.R. et les Auberges de la Jeunesse firent
le max­i­mum pour rem­plac­er la « Mar­seil­laise » par
« l’In­ter­na­tionale » et pour sub­stituer au cri de « VIVE
LA RÉPUBLIQUE » les « FUSILLEZ LES GÉNÉRAUX »,
« À BAS L’ARMÉE », « PARA = S.S. »
au grand déplaisir des stal­in­iens et socia­los de service…

En
province, nos cama­rades du Nord, du Cen­tre et du Midi ont édité
affichettes, tracts, par­tic­i­pant aux man­i­fes­ta­tions et aux comités
locaux. À Lyon même un de nos mil­i­tants a été
matraqué au cours d’une impor­tante bagarre antipoujadiste.

Nous
avons trans­mis ces quelques infor­ma­tions, inhab­ituelles à nos
cahiers, non seule­ment pour don­ner un bref aperçu de ce que
nous faisons par ailleurs, mais aus­si pour indi­quer et nous réjouir
du regroupe­ment anar­chiste effec­tué au sein du Comité
de Coor­di­na­tion ain­si que des pos­si­bil­ités révolutionnaires
offertes par le C.A.R.

Le
groupe de liaison


Publié

dans

par

Étiquettes :