La Presse Anarchiste

Est-ce un « abus » ?

La
Loi Warnier, pro­mul­guée en 1869, eut le temps — avant que
l’on sus­pendit son appli­ca­tion en 1890 — d’as­sim­i­l­er, d’intégrer
pas mal de ter­res indignes.

Aupar­a­vant
la terre, pro­priété indi­vise des tribus ne pou­vait être
cédée. Le Code Napoléon ne conçoit pas
cela. Chaque chose, selon lui, doit avoir de préférence
un seul pro­prié­taire qui puisse en dis­pos­er. « Nul n’est
tenu de rester dans l’in­di­vi­sion » édicte-t-il.
C’est-à-dire que l’in­di­vi­sion n’est tolérée que
tant que cha­cun le veut. Cha­cun peut à tout moment exiger le
partage total qui liq­uide l’in­di­vi­sion. Voilà ce que
l’ap­pli­ca­tion d’une telle règle a pû don­ner en Algérie.

Près
de Mosta­ga­dem une tribu de 513 Indigènes vivait de temps
immé­mo­ri­aux sur 292 hectares.

L’aux­il­i­aire
d’un avo­cat achète pour 20 Francs (Francs or valant environ
360 Francs Gail­lard) les droits d’un co-pro­prié­taire. Aussitôt
il demande le partage total des terres.

Ce
partage est effec­tué par le cab­i­net de l’av­o­cat.. Coût :
11000 francs de frais à pay­er par la tribu. Les ter­res doivent
être mis­es en vente pour cou­vrir ces frais.

La
total­ité des ter­res est ven­du pour 80 francs. C’est un des
clercs de l’av­o­cat qui s’est porté acquéreur.

Résul­tat :
sans avoir rien com­pris à l’opéra­tion les autochtones
ont per­du toutes leurs ter­res et en plus doivent pay­er des frais (7
francs par hectare et par « vendeur »).

Est-ce
un « abus » ou la man­i­fes­ta­tion d’un vaste système
de vol qui fait pass­er la terre aux mains des « civilisés ».
Sys­tème que l’on retrou­ve avec de menues vari­antes, à
l’o­rig­ine de tous les étab­lisse­ments de colons en milieu
humain plus ancien : colons russ­es au Cau­case et en Asie centrale,
colons juifs en Pales­tine, etc., etc.


Publié

dans

par

Étiquettes :