La Presse Anarchiste

Pour Berlin

Bien
que nos amis et lecteurs soient depuis longue date habitués à
l’irrégularité de pub­li­ca­tion de nos cahiers,
nom­breux auront sans doute été ceux qui auront jugé
bien exces­sif l’intervalle écoulé entre le présent
fas­ci­cule et notre numéro 21 con­sacré à la
Cor­re­spon­dance de Vic­tor Serge. Mais en se repor­tant à l’
In
Memo­ri­am qui ouvre le Car­net du numéro actuel, ils ne
com­pren­dront que trop facile­ment la navrante rai­son de notre retard.

Le
présent numéro 22 est, on le ver­ra, essentiellement
cen­tré sur Berlin. On ne le sait que trop, l’ancienne
cap­i­tale alle­mande, quelque doucereuses que puis­sent être les
manœu­vres diplo­ma­tiques dont ont jugé bon de faire suivre
leurs ini­tiales men­aces les néo-stal­in­iens qui règnent
à Moscou, demeure le point le plus con­testé du monde
qui se voudrait libre. A d’autres que nous, toute­fois, de mettre —
légitime­ment — en lumière la portée politique
de la crise berli­noise ouverte par le bon plaisir de l’arbitraire
moscovite. Mais, vu qu’à l’Occident la con­science des
réal­ités européennes est si lamentablement
faible, nous avons jugé utile grâce aux quelques textes
que l’on trou­vera ci-dessous rassem­blés, de con­tribuer à
faire que les esprits acceptent de ne pas oubli­er que le «
 phénomène Berlin » représente une donnée
fon­da­men­tale de notre vie com­mune à tous, et qu’aucune
con­sid­éra­tion de poli­tique soi-dis­ant réal­iste ne
devrait nous per­me­t­tre de sac­ri­fi­er. A cet égard, à
côté d’articles plus directe­ment en rap­port avec les
cir­con­stances, l’étude de Max Rych­n­er sur Alexan­dre de
Hum­boldt nous a paru par­ti­c­ulière­ment pro­pre à imposer
cette évi­dence que la métro­pole des bor­ds de la Sprée
— en dépit de Bis­mar­ck et de l’insane Hitler, — demeure
l’un de nos hauts-lieux.

Témoins