La Presse Anarchiste

Lettre à l’«Agitazione del Sud »

 

En
com­plé­ment au texte argentin que l’on vient de lire, nous ne
croyons pas inutile de don­ner ci-dessous la tra­duc­tion de la lettre
que nous avons envoyée à l’organe libertaire
paler­mi­tain à la suite d’un arti­cle naïvement
pro­cas­triste que leurs com­plex­es anti­cléri­caux et
anti­améri­cains avaient apparem­ment amené les
lib­er­taires (?) siciliens à pub­li­er dans leur journal :

le
23 août 1961

A
la rédac­tion de l’«Agitazione del Sud », Palerme

Chers
camarades,

Je
reçois à l’instant votre numéro du mois
d’août, où je décou­vre avec stu­peur (page 1)
l’article signé C. R. Vio­la, inti­t­ulé « Cuba ».
Je dis : avec stu­peur, car on attendrait d’un périodique
lib­er­taire comme le vôtre bien autre chose qu’une
présen­ta­tion favor­able d’un régime autori­taire et
san­guinaire comme l’est devenu celui du déplorable Fidel
Cas­tro. Le fait que le Vat­i­can et que le cap­i­tal­isme nord-américain
sont con­tre ne suf­fit pas à jus­ti­fi­er la triste car­i­ca­ture de
« révo­lu­tion » que con­stitue le totalitarisme
cas­triste. Lisez, chers cama­rades — les arti­cles de Silone dans
« Tem­po pre­sente » et surtout ceux de l’Acción
lib­er­taria
de Buenos Aires. Vous ver­rez alors à quel point
le texte de C. R. Vio­la par vous pub­lié représente une
dan­gereuse et hon­teuse erreur. — Il n’est pas vrai que les
enne­mis de nos enne­mis soient tou­jours et néces­saire­ment nos
amis. Que le chef du cap­i­tal­isme d’Etat Niki­ta Khrouchtchev soit
con­tre les cap­i­tal­istes privés de l’Occident ne démontre
pas pour autant que le dic­ta­teur russe et son allié de
Cuba méri­tent notre sympathie.

L’idéal
lib­er­taire ne tolère aucune forme de démagogie.

Salu­ta­tions
fraternelles

J.
P. Samson