La Presse Anarchiste

Bibliothèque anarchiste

 

Sciences et philosophie.

12°
Morale sans oblig­a­tion ni sanc­tion, de M. Guyau, 5 francs,
chez Alcan, 108, boule­vard Saint-Germain. 

Preuve de
la source matérielle de la morale, son évo­lu­tion, sa
source découlant des besoins de l’homme.

13°
L’Irréligion de l’Avenir, étude de
soci­olo­gie, par M. Guyau, 7 F 50, chez Alcan, 108, boulevard
Saint-Germain. 

Genèse
des reli­gions dans les sociétés primitives ;
dis­so­lu­tion des reli­gions dans les sociétés actuelles ;
expo­si­tion de ce qui rem­plac­era la reli­gion dans la société
future. À la place des Églis­es, l’auteur voit naître.
trois formes d’associations spon­tanées, celle des
intel­li­gences, celle des volon­tés. et celle des sensibilités.
Ouvrage matéri­al­iste à fortes ten­dances libertaires,
sauf quelques petites restric­tions sans importance. 

14° Les
Prim­i­tifs
, par Élie Reclus, I vol., 3 F 50, chez
Çhamerot, 19, rue des Saints-Pères. 

C’est une
étude ethno­graphique sur les Inoïts, les Apach­es, les
Naïrs, les Todas, Bada­gas, Kolar­iens et autres peuplades
prim­i­tives. Satire mor­dante con­tre les civil­isa­teurs européens.
La lec­ture de ce livre et du suiv­ant serait prof­itable aux
théoriciens de la hiérar­chi­sa­tion des races. 

15° Les
Prim­i­tifs d’Australie
, même auteur, I vol., 3 F 50,
chez Den­tu, place de Valois. 

Consciencieuse
mono­gra­phie des moeurs et croy­ances des Aus­traliens. Admirable
réquisi­toire con­tre les méfaits de la soi-disant
civil­i­sa­tion et les atroc­ités cap­i­tal­istes qui font
dis­paraître ces races qui auraient pu apporter leur note et des
apti­tudes spé­ciales dans la famille humaine.

Critique sociale.

16°
L’histoire sociale aux Palais de Jus­tice, par E. de
Saint-Auban, 1 vol., 3 F 50, chez Pedone, 13, rue Soufflot. 

Ce livre
est for­mé des cinq réquisi­toires que l’auteur
prononça — du banc de la défense — con­tre le régime
actuel dans les procès : Trafics à l’Élysée,
Grandes Con­ven­tions de 1883, Société Mourante, des
Trente. et Dru­mont pour­suivi pour « out­rages à la
mag­i­s­tra­ture ». Ces cinq réquisi­toires sont reliés
par une pré­face que nous recom­man­dons à nos lecteurs. 

17°
Fab­rique de Pio­ns, par Zéphirin Raganasse, I vol., 3 F
50, chez Savine, 12, rue des Pyramides. 

Satire
vir­u­lente, mais vraie et spir­ituelle, con­tre l’Université et
son enseigne­ment faux et d’un autre âge. Livre qui a d’autant
plus de poids que l’on sent que l’auteur est plutôt un
résigné aux insti­tu­tions sociales actuelles qu’un
révolutionnaire.

Romans.

18°
Ger­mi­nal, par Zola, 3 F 50, Char­p­en­tier, éditeur,
13, rue de Grenelle. 

Le meilleur
livre de Zola, où, par le con­traste des familles Maheu et
Gré­goire, Zola — sans l’avoir cher­ché, peut-être,
mais d’une manière sai­sis­sante — pose l’antagonisme du
tra­vail et du capital. 

19° Au
Port d’armes
, par H. Fèvre, 3 F 50, chez
Charpentier. 

Un des
pre­miers et des meilleurs livres con­tre le militarisme. 

20°
L’Instituteur, par Théodore Chère, 1 vol., 3 F
50, chez Savine, édi­teur, 12, rue des Pyramides. 

Critique
acerbe con­tre l’enseignement de l’État. Divul­ga­tion des
cochon­ner­ies admin­is­tra­tives. Bon à méditer par ceux
qui croient encore eux sacerdoces.

Théâtre.

21° Les
Tis­serands
, par Gérard Hautp­mann, tra­duc­tion de Jean
Thorel, 1 vol., 4 francs, chez Char­p­en­tier et Fasquelle, éditeurs,
11, rue de Grenelle. 

Pièce
où se trou­vent admirable­ment décrites l’inconscience
rapace des exploiteurs, la résig­na­tion des exploités,
et leur fureur égale­ment aveu­gle et incon­sciente lorsque la
mis­ère les pousse à bout. Il se dégage de cette
pièce, sans que cela soit cher­ché par l’auteur, un
grand souf­fle de révolte.


suivre.)

Vin­dex