La Presse Anarchiste

La quinzaine sociale

 

Sam.
1er janv.
— Entrée en appli­ca­tion de la carte
et du tim­bre confédéraux.

Troisième
et dernier palier de la loi de 1905 fix­ant à 8 heures la
journée de tra­vail pour les mineurs employés l’abatage.

Alle­magne.
— Ouver­ture dans le bassin houiller de la Ruhr d’une Bourse du
Tra­vail patronale pos­sé­dant le mono­pole du place­ment dans les
char­bon­nages syndiqués.

Angleterre.
— Entrée en vigueur de l’acte ordon­nant la journée de
8 heures dans les mines du Northum­ber­land et du Durham.

Dim.
2.
— Les char­retiers de Graul­het, par sol­i­dar­ité avec
les mégissiers, refusent de faire aucun trans­port pour les
usines dont le per­son­nel est en grève.

Dissolution
du groupe de Défense Syn­di­cal­iste des Chemins de fer.

Espagne.
— Meet­ings à Barcelone récla­mant l’am­nistie en faveur
des insurgés de juillet.

Lun­di
3.
— Grève de coupeurs à la coopéra­tive de
chaus­sures « l’Avenir des Tra­vailleurs Fougerais ».

Alle­magne.
— Con­grès nation­al des social­istes prussiens pour l’examen
de la lutte en faveur du suf­frage universel.

Mar­di
1.
— Exode des enfants de Graul­het sur les villes du Midi.

Assemblée
générale du Syn­di­cat parisien des Tra­vailleurs du gaz ;
le secré­taire Lajar­rige répudie la grève, prône
l’as­so­ci­a­tion du Tra­vail avec le Cap­i­tal et engage à acheter
des actions de la Société du Gaz.

Mer­cr.
5.
— Lock-out des chape­liers d’Es­per­aza (Aude).

Conflits
à la Bourse du Tra­vail de Paris entre le Préfet, les
Syn­di­cats et la Com­mis­sion admin­is­tra­tive. Le Préfet impose
aux Syn­di­cats l’oblig­a­tion de soumet­tre leur compt­abil­ité à
ses agents pour pou­voir touch­er la sub­ven­tion ; il impose à la
C.A. l’ad­mis­sion, à la Bourse, d’un syn­di­cat de contrôleurs
d’omnibus.

Devant
la Société d’É­conomie poli­tique de Paris. A.
Ney­mar­ck défend les grandes ban­ques con­tre le reproche de ne
pas favoris­er assez l’in­dus­trie ; il annonce que l’électrification
prochaine des chemins de fer sera pour elles une occa­sion nouvelle
d’employer leurs immenses capitaux.

Jeu­di
6.
— Grévistes et femmes de grévistes, se
couchant sur le sol, empêchent, à Graul­het, le transport
des marchan­dis­es à la gares

Fin
mal­heureuse de la grève des Tein­turi­ers de Lyon.

Vend.
7.
— Pre­mière représen­ta­tion, au « Vaudeville »,
de la Bar­ri­cade, de Paul Bour­get, ou la Jau­nisse au théâtre.

Dim.
9.
— Man­i­fes­ta­tions, à Paris, des garçons
épiciers pour faire appli­quer le repos hebdomadaire.

Lun­di
10.
— Arresta­tion de Laval, tré­sori­er du Syn­di­cat de
Épiciers.

Les
Syn­di­cats des ouvri­ers et des employés des Industries
Élec­triques récla­ment la réin­té­gra­tion de
Pataud. 

Mar­di
11.
— Les patrons de Graul­het accor­dent 25 centimes
d’aug­men­ta­tion aux femmes, mais refusent les neuf heures.

Bel­gique.
— L’As­so­ci­a­tion des tis­sages, en présence de la crise que
tra­verse l’in­dus­trie coton­nière, décide l’arrêt
des métiers un jour par semaine pen­dant trois mois.

Mer­cr.
12.
— Le directeur de la Société de Saint-Gobain,
M. May­oussier, est inculpé dans les pour­suites contre
l’ac­ca­pare­ment des superphosphates.


Les
com­merçants de Chag­ny (Saône-et-Loire) décident
la grève des con­som­ma­teurs du gaz si la Com­pag­nie n’abaisse
ses prix.

Jeu­di
13.
— Grève des maréchaux-fer­rants parisiens.

Vend.
14.
— Man­i­feste de la C.G.T. con­tre le pro­jet gouvernemental
des retraites ouvrières.

Assemblée
de délégués des Syn­di­cats parisiens unanime à
pro­test­er con­tre les mainœu­vres du Préfet de la Seine contre
la Bourse du Travail,

Les
patrons de Graul­het déci­dent, par référen­dum, de
main­tenir à 9 heures et demie la journée de travail.


VIIe
Con­grès, à Nantes, des fab­ri­cants de conserves.

Sam.
15.
— Con­grès des Habi­ta­tions à bon marche.

Mise
en lib­erté pro­vi­soire de Laval.

Le
gou­verne­ment ordonne des pour­suites con­tre Hervé pour un
arti­cle de la Guerre Sociale com­men­tant l’as­sas­si­nat du flic
Deray.