La Presse Anarchiste

Comme ça

La petite fille pleure

parce qu’elle a froid

parce qu’elle a faim

parce qu’elle a des poux.

La petite fille pleure

et meurt

toute seule.

Toute seule car ses parents

sont par­tis voir le défilé

et cla­quer les talons

pen­dant que la petite fille claquait du bec

à la maison…

On drague les mers on cure les terres

l’herbe pousse, les villes se redressent,

les oiseaux chantent, les hommes oublient,

les plaies se refer­ment, plaies de la terre,

plaies des hommes…

Et quand les plaies se seront refermées,

que les chairs labourées de la terre et des hommes

auront repris leur place,

il n’y aura plus qu’à recommencer.

Et ceux dont les plaies seront encore ouvertes

ne pour­ront pas crier assez fort

pour cou­vrir la voix de ceux qui ne rêvent

que plaies et bosses… 

La guerre ?

mais mon cher

s’il fal­lait tou­jours penser à la guerre,

on ne vivrait plus…

Se faire des cheveux tout juste la taille réglementaire

parce qu’il fait chaud l’été

froid l’hiv­er

et que les mites ont mangé le pardessus…

Mar­cel Riou