La Presse Anarchiste

Mouvement Social

Nous trou­vons dans le Réveil des Ver­ri­ers :

Schleswig-Hol­stein (Alle­magne). — La grève des ouvri­ers cimen­tiers à Lager­dorf est déclarée et nous apprenons. à cet effet, que les directeurs des trois grandes fab­riques de ciment : MM. Eugène Lyon, Alsen et Bre­it­en­burg, ont con­clu une entente dans laque­lle il est con­venu qu’un ouvri­er ren­voyé de l’une de ces fab­riques, ou n’y ayant plus de tra­vail, ne pour­ra en obtenir dans l’une des deux autres et ne pour­ra y être admis qu’après avoir chômé six mois ou tra­vail­lé au dehors, quel que soit le motif pour lequel il aura dû quit­ter l’u­sine. Il est à observ­er qu’il n’y a que le per­son­nel de la fab­rique Eugène Lyon qui se trou­ve en grève et que, par con­séquent, les deux autres usines n’é­taient nulle­ment con­traintes à con­clure cette entente de démence.

Depuis plusieurs années déjà, les fab­ri­cants ver­ri­ers alle­mands et leurs con­frères autrichiens s’adon­nent à cette « noble pas­sion ». Il en est ain­si, par exem­ple, entre les ver­reries rhé­nanes et west­phali­ennes, quand les grandes ver­reries à bouteilles de Dres­den, Dohlen ont con­clu de pareils traités avec celles de Neu­rat­tl, Esbit­tl, Aus­sig et tant d’autres. En out­re, d’après le règle­ment de ces fab­riques, tout ouvri­er appar­tenant à une société de cor­po­ra­tion sociale démoc­ra­tique quel­conque qui ten­terait de faire une quête pour des caus­es social­istes doit être con­gédié immédiatement.

(Extrait du Fachgenosse, nº 24. — signé : Reldiw)