La Presse Anarchiste

Objection et répression

Les derniers mois de 1970 ont été rich­es en événe­ments dans le milieu objecteur. Le nom­bre de ceux‑ci ne ces­sant de s’accroître, le pou­voir s’est vu obligé de ren­forcer la répres­sion. Celle‑ci se fait essen­tielle­ment par appli­ca­tion rigoureuse de la loi. Cepen­dant, de nom­breux « for­c­los théoriques » ont eu leur demande de statut accordée.

Tout a com­mencé par Daniel Brochi­er, jugé le 15 octo­bre après cinq mois de déten­tion préven­tive et con­damné à six mois de prison pour insoumis­sion. Sa demande d’objecteur avait été faite le jour de son incor­po­ra­tion. Il est actuelle­ment en lib­erté, les psy­chi­a­tres mil­i­taires l’ont con­sid­éré comme « orig­i­nal » et donc inapte au ser­vice armé.

Son com­pagnon de cel­lule, Daniel Khol, igno­rant l’existence d’un statut pour les objecteurs, avait refusé l’uniforme à son entrée en caserne. Sa demande, écrite en prison, n’a été accep­tée qu’après six mois d’incarcération, et il se trou­ve actuelle­ment en ser­vice civil.

Philippe Lam­otte, for­c­los, était insoumis : il s’est présen­té à la caserne de Montluc pour met­tre au clair sa sit­u­a­tion. Après trois semaines de prison dans cette caserne, il est libéré béné­fi­ciant d’une per­mis­sion. Son cas est en cours de réforme. Affaire à suivre…

Syl­vain Put­te­mans, anar, refuse le statut car c’est un com­pro­mis. Il se borne à déclar­er qu’il n’a « rien à foutre avec l’armée ». Incar­céré à la prison de Loos (près de Lille), il a entre­pris une grève de la faim de trois semaines. Le 17 décem­bre, procès ; après une plaidoirie per­cu­tante de J.-J. de Félice, le sou­tenant à fond, il est con­damné à 18 mois de prison avec sur­sis. Immé­di­ate­ment recon­duit à la caserne après ce procès, il reste fidèle à sa posi­tion en refu­sant de nou­veau l’uniforme qu’on lui présente. De nou­veau enfer­mé à la prison de Loos, il entre­prend une nou­velle grève de la faim pour obtenir sa libéra­tion con­di­tion­nelle. Le 19 jan­vi­er, sec­ond procès, à l’issue duquel il est con­damné à deux ans de prison ferme. J.-J. de Félice qui avait entre­pris une plaidoirie très engagée, ne dés­espère pas de l’appel.

Jean‑Yves Boussereau fait sa demande avec trois semaines de retard. Le statut lui est refusé pour for­clu­sion. Arrêté, il est con­duit à la caserne Thomassin de Metz. Le 4 novem­bre, il entre­prend une grève de la faim pour accélér­er les démarch­es. Cette grève se ter­mine, le 22e jour, sous la men­ace d’une ali­men­ta­tion for­cée. Après deux mois de déten­tion, il est relâché puis réfor­mé. Le 29 jan­vi­er s’est déroulé à Bor­deaux son procès pour insoumission.

Jacques Bille ren­voie son livret en 1964. Depuis il a refusé son fas­ci­cule à chaque présen­ta­tion. Écroué à la San­té le 13 novem­bre, puis con­duit à l’hôpital Sainte‑Anne, il s’engage dans une grève de la faim. Le 27 novem­bre cette grève est arrêtée après promesse de son psy­chi­a­tre d’être libéré pour la fin de l’année. Le 1er jan­vi­er, n’ayant aucune nou­velles de sa libéra­tion, il reprend une nou­velle grève de la faim (« Canard enchaîné » des 12 et 21‑1‑71). Il a été libéré le 2 février.

Objec­tion en Espagne

Notre cama­rade Pepe (ANV, n° 23) s’est présen­té le 12 jan­vi­er à la caserne, à Valence, où il reste incar­céré. Une marche inter­na­tionale a quit­té Genève le 21 févri­er et se rend en Espagne. Le prob­lème de l’objection de con­science en Espagne est actuelle­ment soulevé au Con­seil de l’Europe qui se tient à Strasbourg..

Objec­tion en Allemagne

Un arti­cle paru dans « le Monde » du 14 jan­vi­er, nous apprend que le nom­bre des objecteurs pour les onze pre­miers mois de 70 était de 17.936 dont 2.733 étaient déjà soldats.

Le mou­ve­ment s’étend même jusque chez les réservistes. Le nom­bre des deman­des arrive au rythme de 130 par mois ; un exem­ple à suivre…

Jacques More­au

* * *

Pour pal­li­er le manque d’information sur l’existence d’un statut pour les objecteurs, le Comité parisien de sou­tien aux objecteurs de con­science vient de rééditer « Objec­tion au ser­vice militaire ».

Cette brochure de pro­pa­gande est des­tinée à la distribution.

Com­mande min­i­male : 100 brochures.

de 100 à 500 : 0,10 F l’exemplaire,

de 501 à 1000 : 0,08 F l’exemplaire,

de 1001 à 2000 : 0,07 F l’exemplaire,

au‑delà de 2 001 : 0,06 F l’exemplaire.

Effectuez vos com­man­des auprès de Jacques More­au, 168, boule­vard Ana­tole-France, 93 ‑ Saint‑Denis. CCP 31606‑30 La Source.