La Presse Anarchiste

Quelques données fondamentales


— Les struc­tures de la société actuelle sont essen­tielle­ment éta­tiques ; elles ne peu­vent se main­tenir que par l’autorité et la violence.

— Les anar­chistes pré­conisent la dis­pari­tion de l’État ; ils pro­posent une société sans autorité où la vio­lence ne se man­i­festerait plus dans les rap­ports sociaux.

— Face au pou­voir et à l’autorité, les anar­chistes ont apporté des solu­tions lib­er­taires (fédéral­isme, syn­di­cal­isme, etc.) ; mais en opposant la vio­lence à la vio­lence, ils l’ont ain­si légitimée.

— De toute façon, devant le gigan­tisme actuel des forces répres­sives et la mise en con­di­tion psy­chologique, la vio­lence insur­rec­tion­nelle paraît impuissante.

— Les méth­odes non vio­lentes parais­sent être le moyen d’action le plus con­forme aux théories anar­chistes ; elles con­stituent une force qui per­met d’éviter les con­séquences autori­taires de la violence.

— L’action directe non vio­lente a surtout été util­isée par des groupe­ments religieux, générale­ment avec suc­cès, mais la non‑violence n’est pas plus d’essence religieuse que la vio­lence est anar­chiste et athée. C’est pourquoi il est néces­saire d’étudier et de met­tre en pra­tique ces formes d’action.

Nous posons donc la pri­mauté de la non‑violence et esti­mons que le ral­liement à « Anar­chisme et non‑violence » devrait impli­quer l’emploi de la non‑violence tant dans l’action sociale que dans le com­porte­ment individuel.