La Presse Anarchiste

Lettre du Canada

… Vous vous êtes tou­jours intéressé aux Doukhobors, L’en-dehors a sou­vent entretenu ses lecteurs de cette secte que sa résis­tance au port des armes a ren­due célèbre et qui a tant souf­fert en Russie à cause de son obsti­na­tion à tenir tête, sous ce rap­port, aux autorités tsaristes. Une autre car­ac­téris­tique de cette secte est, le nud­isme comme moyen de protes­ta­tion con­tre les exi­gences de l’au­torité anglaise. Vous vous sou­venez qu’ils le pra­tiquèrent en pub­lic pour la pre­mière fois en 1903, dans la province de Saskatchewan lorsqu’on voulut les con­train­dre à se nat­u­ralis­er, à se recon­naître sujets du roi d’An­gleterre (votre « ère nou­velle » en par­la longue­ment à cette époque). 

Le nud­isme des Doukhobors n’est donc ni un nud­isme hygiénique, ni un nud­isme éro­tique, mais un nud­isme spir­ituel, un nud­isme de défense, un nud­isme sym­bol­ique, l’ab­sence de vête­ments sig­nifi­ant égal­ité. Bien sur les ortho­dox­es, dans une Réso­lu­tion adop­tée en octo­bre dernier par leurs 24 anciens aient renon­cé à cette cou­tume (tout en déclarant que le nud­isme demeu­rait une par­tie de leur reli­gion), les extrémistes doukhobors con­tin­u­ent à l’ap­pli­quer quand besoin s’en fait sen­tir. Dans les pris­ons et les péni­tenciers du Cana­da se trou­vent encore 42 Doukhobors con­damnés à cause de désha­bil­lage en pub­lic et une man­i­fes­ta­tion qui s’est pro­duite il y a quelque temps, à Shore­acres, au sud-est de Colom­bie bri­tan­nique, au cœur de la colonie Doukho­bor, mon­tre que les extrémistes de la secte — « les Fils de la Lib­erté » — n’ont pas renon­cé à employ­er ce moyen de protestation. 

Exam­inons main­tenant la réso­lu­tion dont j’ai par­lé plus haut et qui émane de la Com­mu­nion spir­ituelle du Christ — autrement dit l’Ortho­dox­ie Doukho­bor. Selon ce doc­u­ment, le nud­isme n’a « jamais été com­pris comme il doit l’être, c’est-à-dire, comme il l’est aux yeux du peu­ple, pour une man­i­fes­ta­tion de fanatisme et d’er­reur… Si les Doukhobors ont adop­té le nud­isme, c’est comme un moyen naturel de défense con­tre les attaques d’élé­ments sans scrupules se trou­vant dans l’au­torité et le pub­lic ». Pour eux, le ciel étant un lieu où on ne trou­ve « ni orphe­lins ni veuves, ni rich­es ni pau­vres, où le mariage n’ex­iste pas, où règne l’é­gal­ité par­faite et la lib­erté en toutes choses », cela explique « le but véri­ta­ble et la véri­ta­ble sig­ni­fi­ca­tion du nud­isme des Doukhobors»… Quoi qu’il en soit, les ortho­dox­es ont tenu leur promesse de ne pra­ti­quer le nud­isme qu’au titre de « reviv­i­fi­ca­tion de l’e­sprit du Christ au dedans de nous-mêmes ». 

La ques­tion du nud­isme n’oc­cupe pas toute la Réso­lu­tion en ques­tion : elle insiste sur une autre croy­ance, de pre­mier ordre pour les doukhobors ortho­dox­es, celle qui fait des choses matérielles le sym­bole du dia­ble et veut que ce soit par une extrême sim­plic­ité que l’homme puisse devenir l’im­age de Dieu… « La racine de tous les maux se trou­ve dans l’ac­cep­ta­tion par le peu­ple du principe de la pro­priété privée, qui oblige chaque indi­vidu à acquérir (et par suite, à pro­téger et à défendre) cha­cun de ses biens. » 

Puisque nous par­lons des Doukhobors, branche de l’a­n­ar­chisme chré­tien, je traduis pour vos lecteurs un résumé dû à HENNACY, que je viens de lire dans une brochure inti­t­ulée Toward a moral­ly stronger Soci­ety.

« L’a­n­ar­chisme chré­tien ne cherche pas à impos­er ses idées à autrui par les armes ou le vote. Le nou­veau sys­tème de Société qu’il pré­conise advien­dra lente­ment et gradu­elle­ment à mesure que le peu­ple se ren­dra compte que la voie de l’É­tat et de la poli­tique est erronée et n’aboutit à rien. Espér­er un monde pais­i­ble, sim­ple­ment en jetant par-dessus bord la poli­tique, sans se souci­er de dévelop­per en pre­mier lieu la con­fi­ance en soi, la coopéra­tion, les com­mu­nautés agri­coles fédérées, c’est appel­er le chaos… L’a­n­ar­chiste chré­tien ne perd pas son temps à démon­tr­er com­ment peut fonc­tion­ner une société poli­tique avec un min­i­mum de vio­lence. L’É­tat sig­ni­fie tou­jours vio­lence des tri­bunaux, des pris­ons, des armées, de la police. Dis­simuler leur bru­tal­ité est éloign­er l’avène­ment de l’époque où cette bru­tal­ité sera rem­placée par une société non-vio­lente.. Anar­chisme chré­tien équiv­aut à per­fec­tion­nisme opti­miste et c’est le mode de vie le plus réal­iste et le plus pra­tique qui soit… Ses principes peu­vent se résumer en qua­tre mots : amour, lib­erté, respon­s­abil­ité, décen­tral­i­sa­tion… La foi de l’a­n­ar­chiste chré­tien en une « terre nou­velle » n’est basée ni sur les pré­dic­tions de l’écri­t­ure, ni sur les promess­es de politi­ciens prof­i­teurs de guerre, mais sur ces vérités éter­nelles recon­nues par cha­cun aux heures tran­quilles : que l’amour désarme et dompte le mal, que le courage et la respon­s­abil­ité per­son­nelles l’emportent sur l’in­do­lente sécu­rité de l’esclavage, qu’une vie sim­ple dans le foy­er famil­ial en morale et en valeur édu­ca­tion­nelle les direc­tives des assem­blées, la vie de caserne des villes et la méth­ode mécan­isée de l’université.

William Steven­son