La Presse Anarchiste

Préparatifs de guerre

L’An­gleterre vient de se charg­er de la con­struc­tion de dix-huit navires de guerre. Par­mi ces navires se trou­ve un croiseur de dix mille ton­neaux, et devant coûter 2.140.000 livres ster­ling. Le tout coûtera 11.700.000 livres ster­ling ; c’est le record de la con­struc­tion navale depuis la ces­sa­tion de la guerre. Des chantiers privés sont chargés de la majeure par­tie de ces constructions.

Les États-Unis pro­jet­tent la con­struc­tion de douze croiseurs de 10 mille tonnes et comptent que dans sept ans, leurs forces en croiseurs seront égales à celle de l’Angleterre.

La flotte aéri­enne anglaise com­prend actuelle­ment 750 unités, dont 220 ont leur cen­tre de ral­liement hors de l’empire bri­tan­nique ; leur équipement demande 30.000 hommes. La flotte aéri­enne française com­prend actuelle­ment, suiv­ant les don­nées offi­cielles, 1350 appareils.

Le gou­verne­ment ital­ien vient de pro­pos­er de procéder à un recrute­ment extra­or­di­naire de 200 officiers d’avi­a­tion, le recrute­ment ordi­naire ne suff­isant pas à cou­vrir les pertes du temps de paix.

Pro­por­tion­nelle­ment par­lant, la Pologne se trou­ve à la tête des nations pour les dépens­es mil­i­taires. Son bud­get s’élève, pour l’ex­er­ci­ce 1928–1929, à 2.035.000.000 zlo­tys, dont il faut déduire les 232 mil­lions de zlo­tys de la dette publique qui peu­vent être con­sid­érés aus­si comme des dépens­es mil­i­taires. Le bud­get offi­ciel de la guerre s’élève à 754 mil­lions de zlo­tys plus du tiers du bud­get total. Les grands ser­vices réu­nis ne reçoivent que la moitié de cette somme.

Ces gaspillages insen­sés de la guerre mod­erne ont été évo­qués par le maréchal Robert­son, chef de l’É­tat-Major anglais pen­dant la guerre, dans un dis­cours où il démon­trait que les pré­parat­ifs de guerre ne peu­vent que provo­quer celle-ci. La pré­pa­ra­tion à l’ar­tillerie de l’at­taque lors de la bataille d’A­trecht a coûté, suiv­ant le cours actuel, un mil­liard et demi de francs, rien qu’en ce qui con­cerne l’An­gleterre ; celle de Meessen, plus de deux mil­liards, et celle de la troisième bataille d’Ypres deux mil­liards et demi…

En 1925, les armées des anciens bel­ligérants et des anciens neu­tres comp­taient un excé­dent d’hommes de 1.183.000 sur leur total d’avant-guerre.

Le bud­get de la Guerre de ces pays dépas­sait pour l’ex­er­ci­ce 1924–1925 de 721 mil­lions de dol­lars celui de 1912.

Les bud­gets de la Marine des cinq grandes puis­sances navales (Angleterre, États-Unis, France, Japon et Ital­ie) sont passés de 100.300.000 livres ster­ling à 230.600.00.

Com­mu­niqué par le Bureau Inter­na­tion­al Antimilitariste).