La Presse Anarchiste

Algérie : Incidences (extraits)

[(Né en 1955 à El Hamel en Algérie, Mohamed Kaci­mi El Has­sani vit depuis 1982 à Paris, où il tra­vaille comme for­ma­teur migrants. Il est le tra­duc­teur de plusieurs poètes arabes, notam­ment de Chaw­ki Abde­lamir, en col­lab­o­ra­tion avec Eugène Guillevic.)]

Suicide

Las, il songea sérieuse­ment au suicide.

Le jour fatidique, l’É­tat social­iste lui sau­va la vie. Il y avait pénurie de balles, de cordes, d’eau, de bar­bi­turiques et d’altitude.

Président

C’é­tait un prési­dent qui cumu­lait toutes les fonc­tions. L’achevant, la mort crut com­met­tre un génocide.

Preuve

Quand il apprit que l’É­tat, c’est le peu­ple, il se mit face au palais du gou­verne­ment et s’am­pu­ta d’une jambe.

À sa grande sur­prise, aucun mur de l’éd­i­fice ne s’écroula.

Viol

Las de pénétr­er la femme par le même ori­fice, il le fit par les yeux. Aveu­gle, elle accoucha neuf mois plus tard d’un exem­plaire du jour­nal gouvernemental.

Champ

« Les femmes sont votre champ, labourez-le tant qu’il vous plaira. »

Excité par cet aphro­disi­aque ver­set coranique, il se rua, soc en l’air, sur sa femme, mais ne tom­ba que sur son squelette.

En exégèse, l’É­tat avait été plus prompt. La pau­vre venait juste de tomber sous le coup de l’or­don­nance por­tant lim­i­ta­tion de la pro­priété foncière.

Taxe

Il revint d’un long voy­age à l’é­tranger où il avait pris quelques kilos et acquis beau­coup de connaissances.

Après une minu­tieuse fouille, la douane l’oblig­ea à s’ac­quit­ter d’une taxe pour impor­ta­tion de pro­duits de luxe.

Myopie

Ayant per­du ses lunettes, dans un lieu pub­lic il prit par mégarde son jour­nal à l’envers.

La police l’ar­rê­ta pour opin­ions con­traires à celles du régime.

Pétition

Para­phant on ne sait quel doc­u­ment, il trou­va sa sig­na­ture peu gra­cieuse et en refit une autre plus bas.

Le soir, la police vint l’ar­rêter pour sig­na­ture de pétition.

Énergie

Voy­ant les der­ricks qui parse­maient sa terre, il se dit « Si telle est la richesse du sol, que serait celle des hommes. »

Alors, fréné­tique­ment, il s’en alla for­er la tête des mil­i­tants du Parti.

Le soir même, un ter­ri­ble oura­gan dévas­tait la ville.

Eau

Robi­net à sec, chaussées inondées. Même l’eau s’est mise à tra­vailler au noir.

Chasse

L’eau devint si rare que l’É­tat n’au­torisa sa recherche que durant la sai­son de chasse.

Après une battue de plusieurs jours, il réus­sit à abat­tre une source qu’il ne put, hélas!, exploiter ; la grosseur du cal­i­bre l’avait desséchée.

Retards

Las des retards du bus, il alla chaque jour le chercher dix sta­tions avant la sienne.

Militantisme

Bien que l’eau ne fît plus d’ef­forts pour mon­ter au deux­ième étage, il ne fit aucune récla­ma­tion, sachant que si elle agis­sait ain­si, c’est qu’elle avait dû, pen­dant la guerre, noy­er une patrouille française et que, depuis, elle était en pos­ses­sion d’une carte d’an­cien combattant.

Révolution

Frus­tré de n’avoir pu par­ticiper à la révo­lu­tion, il s’in­surgea con­tre lui-même et prit le maquis.

Là, il pas­sa des années à se tir­er dessus, à se vio­l­er, à s’ex­tir­p­er aveux et coti­sa­tions, à se dénon­cer, à se pro­mou­voir et à se dégrad­er, à se couper les lèvres après chaque cig­a­rette, à dyna­miter sa mai­son par représailles.

Puis, ne pou­vant venir à bout de lui-même, il engagea des négo­ci­a­tions assez longues et se don­na une indépen­dance totale.

Libres, ses pieds en prof­itèrent le lende­main pour ren­vers­er le pou­voir dominant.

Paradis

Il lut pour la pre­mière fois le Coran où il apprit que Dieu réser­vait aux siens, dans l’au-delà, des foules d’éphèbes et des fleuves de vin. Sans tarder, il se soûla toute la journée et, le soir, il fut pris en fla­grant délit de pédophilie.

Mal­gré les deux ans de peine, quelle ne fut sa joie quand il enten­dit le juge répon­dre aux motifs de sa con­duite en lui dis­ant sur le ton péremp­toire des mag­is­trats « Mais ici, ce n’est pas le par­adis, citoyen. »

Miracle

Las de l’anony­mat, il déci­da de devenir prophète.

Il se réfu­gia dans une grotte pour pré­par­er son livre et ses mir­a­cles. Un an plus tard, il était de retour. Les hommes furent peu intéressés par son livre, mais recon­nurent en lui le prophète du siè­cle pour la qual­ité de ses mir­a­cles : des lave-vais­selle pour toute la tribu.

Élections

Le jour de l’élec­tion prési­den­tielle, il mit son nom sur le bul­letin de vote.

Après le dépouille­ment, il ne trou­va nulle trace de sa voix, il n’y avait ni bul­letins con­tre, ni nuls, tout était pour l’u­nique can­di­dat. Se dis­ant que si l’É­tat n’avait pas fait de dif­férence entre les deux noms, une part du pou­voir devait lui revenir.

Dès sa pre­mière requête, il fut interné pour allé­ga­tions mensongères.

Silence

Un jour, il pria la nature de retenir son souf­fle et ses bruisse­ments. Il y eut alors un silence horrible.

Désert

En manque, il enfonça son sexe dans le sable chaud qui, gorgé de sa sub­stance, s’en­fla légère­ment. Mais quand il vit aux alen­tours la taille des dunes, il s’écria « Salauds de bédouins ! »

Nord

Il remon­ta au Nord afin de goûter sa terre. Là, il eut beau pénétr­er le sol le plus com­pact, son sexe ne ren­con­tra que les courants d’air.

Atmosphère

Il essaya maintes fois de sol­liciter l’at­mo­sphère, mais à toutes ses avances elle demeu­ra étanche,

Elle avait trop peur que l’É­tat n’ap­prenne son infidélité.

Mer

Il sol­lici­ta la mer, mais d’elle nulle réponse ne vint, elle ne com­pre­nait pas sa langue.

Ciel

En dernier recours, il essaya le ciel. Mais à peine arrivé devant la porte qu’il rebrous­sa chemin, ses oreilles venaient de saisir le si dis­tinc­tif mur­mure du bidet.

Délation

Il éjac­u­la sur l’en­ceinte des locaux du Par­ti. Celle-ci alla tout droit accouch­er de sa fiche anthro­pométrique sur le bureau du commissaire.

Typographie

République de Planton.

L’in­ci­dence qu’a eue cette erreur typographique sur son his­toire le plongea dans un dés­espoir absolu.

Postérité

Pen­dant des années, il fut tou­jours tra­cassé par le nom­bre de doc­u­ments à fournir aux admin­is­tra­tions. Mais quand il sut qu’ils étaient l’u­nique garant de sa postérité, il se mit à les fournir en trois exemplaires.

Il leur fau­dra peut-être trois min­utes pour l’en­ter­rer, mais des années seraient néces­saires pour inc­inér­er ses dossiers administratifs.

Hérésie

Émer­veil­lé devant le nom­bre et la hau­teur des minarets, il se dit que les puits ne pou­vaient être qu’une œuvre d’incroyants.

Interrogations

Trop de ques­tions l’as­sail­laient et il ne pou­vait s’empêcher de se deman­der si le mar­tyr des anciens est un pat­ri­moine géné­tique, si le désert de ce pays n’est pas son nord, pourquoi cette terre si vaste en super­fi­cie est si restreinte en altitude.

Pour con­jur­er ce malaise méta­physique et prévenir d’éventuelles crises exis­ten­tielles, il prit sa carte du Parti.

Prohibition

Fasciné par les armes, il se ren­dit à un défilé militaire.

Là, voulant tâter de près la tech­nolo­gie sovié­tique, il mit sa main sur un char. La police l’ar­rê­ta aus­sitôt pour déten­tion d’arme prohibée.

Obéissance

Il devint telle­ment dis­ci­pliné qu’il obéis­sait même à l’in­stinct d’autrui.

Éjaculation

Las, il déci­da de rédi­ger un tract, mais, à peine avait-il tapé la pre­mière let­tre que la police était chez lui.

De sa cel­lule, il en rédi­gea un autre où il accu­sait l’É­tat d’é­jac­u­la­tion précoce.

M. Kaci­mi El Hassani