La Presse Anarchiste

Dossier Cuba, Annexe I

Cet amende­ment de 1901 dis­po­sait en substance :

1. — Le gou­verne­ment de Cuba ne con­clu­ra jamais avec aucun pou­voir étranger aucun traité ou pacte qui amoin­drisse ou tende à amoin­drir l’indépen­dance de Cuba.

2. — Le dit gou­verne­ment ne con­tractera aucune dette publique dont l’in­térêt et l’amor­tisse­ment ne puis­sent être payés par des recettes offi­cielles une fois cou­verts les frais courants du gouvernement.

3. — Le gou­verne­ment de Cuba con­sent à ce que les États-Unis exer­cent le droit d’in­ter­venir pour préserv­er l’indépen­dance et l’ex­is­tence d’un gou­verne­ment adéquat à la pro­tec­tion de la vie, de la pro­priété et de la lib­erté indi­vidu­elle des citoyens.

7. — Pour per­me­t­tre aux USA de main­tenir l’indépen­dance de Cuba et de pro­téger le peu­ple cubain, de même que pour assur­er sa pro­pre défense, le gou­verne­ment de Cuba ven­dra ou louera aux USA les ter­rains néces­saires pour établir des sta­tions de char­bon ou des bases navales en cer­tains points déter­minés dont il sera con­venu avec le Prési­dent des États-Unis.

8. — Le gou­verne­ment de Cuba insér­era les dis­po­si­tions antérieures dans un Traité Per­ma­nent avec les USA.

L’a­mende­ment Platt (accep­té par la Con­sti­tu­ante cubaine) don­nait donc aux États-Unis les droits suivants :

  1. Se réserv­er la proie cubaine pour eux seuls (art. 1).
  2. S’in­staller mil­i­taire­ment dans l’île même (art. 7).
  3. Y inter­venir à la faveur de n’im­porte quelle dif­fi­culté poli­tique ou finan­cière (art. 2 et 3).

(Source et com­men­taire : Mass­es, avril 1933.)

La bourgeoisie cubaine et ses contradictions internes

Le pays se trans­for­mant de colonie en nation autonome, par suite des efforts de sa bour­geoisie nais­sante, cette bour­geoisie devait ten­dre à exploiter le pays et ses tra­vailleurs au degré max­i­mum — en se ser­vant de l’aide économique ou mil­i­taire des États-Unis pour fomenter ses entre­pris­es ou pour ralen­tir l’évo­lu­tion de son prolétariat.

Les intérêts de la bour­geoisie cubaine et de la bour­geoisie des USA momen­tané­ment (et d’une façon assez trompeuse) alliés ne pou­vaient coïn­cider con­stam­ment dans la suite. On voit alors la bour­geoisie cubaine pren­dre con­science de sa nation­al­ité non seule­ment con­tre son anci­enne métro­pole l’Es­pagne, mais con­tre les USA (ce qui n’avait pas lieu au moment de l’a­mende­ment Platt). D’où la nais­sance d’un « nation­al­isme révo­lu­tion­naire » aus­si opposé aux USA que ses pro­pres par­ti­sans, peu d’an­nées avant, tendaient à la « coopération ».

(Extrait de Mass­es, avril 1933)