La Presse Anarchiste

Solidarité Internationale Antifasciste

Ouvri­ers, paysans, antifas­cistes tous, 

S.I.A. s’adresse à vous pour vous don­ner une idée de ce que représente la Sol­i­dar­ité Inter­na­tionale Antifasciste.

Depuis qua­tre longues années de silence, d’op­pres­sion nazie, d’ar­resta­tions, de dépor­ta­tions, de clan­des­tinité, de sourde men­ace pesant sur chaque foy­er, sur chaque vil­lage, S.I.A. respire de nou­veau l’air pur de la liberté.

Cette joie de la libéra­tion nous coû­tait des vies et des larmes, mais cette joie n’est pas com­plète. Elle a lais­sé der­rière nous toute une pro­ces­sion de mal­heureux, de sans-foy­er, de malades et de sans-appui.

L’al­lé­gresse et de libéra­tion ne doit pas nous faire oubli­er tout cela. Nous voulons que toutes ces douleurs que nous sen­tons, que nous vivons, soient allégées.

Certes, l’abon­dance n’ex­iste pas encore, la tran­quil­lité com­plète non plus, mais ceux qui ont été épargnés ou moins touchés par le fléau doivent aider les plus infor­tunés ; ceux pour qui le sort a été cru­el, parce qu’ils ont lut­té ou tout sac­ri­fié pour que nous puis­sions aujour­d’hui fêter cette liberté.

S.I.A., qui déjà avant la guerre avait aidé l’Es­pagne antifas­ciste lorsqu’elle lut­tait seule et incom­prise con­tre le mon­stre du fas­cisme, se donne encore de nou­veau la tâche de sec­ourir les nou­velles vic­times de leur devoir. Celles-ci ont ver­sé leur sang. C’est à nous de nous sol­i­daris­er à leur profit.

Si ces lut­teurs n’ont pas ménagé leurs sac­ri­fices, nous ne pou­vons pas ménag­er les nôtres.

Notre tâche est lourde. Sa pesan­teur sera soutenue par les puis­sants piliers du sens humain de la sol­i­dar­ité sur lesquels S.I.A. se tient debout.

Com­pren­dre la néces­sité, c’est déjà beau­coup ; la combler, c’est bien mieux, et nous ne pour­rons pas le faire si tous, tous sans excep­tion, ouvri­ers et paysans, ne parta­geons pas ce qui nous reste, avec ceux qui n’ont rien.

La Sol­i­dar­ité Inter­na­tionale Antifas­ciste est le point de départ et le point de rassem­ble­ment. Adhér­er à la S.I.A., c’est se rassem­bler vers un seul but : sec­ourir tous les antifas­cistes, d’où qu’ils vien­nent, sans leur deman­der d’où ils sont. Le mal­heur les fait tous des frères.

Ouvri­ers, paysans, pensez à eux.

Pour adhé­sions, s’adress­er à la Délé­ga­tion d’Aspet, au secré­taire ou aux Sec­tions et Délé­ga­tions locales. À leur défaut, adressez-vous au Comité Nation­al de S.I.A., Bourse du Tra­vail, Toulouse.